Atticus VII

Atticus VIIAtticus VII (Browser)
Deconstructeam

 

De Ages of Irving à Gods Will Be Watching, Deconstructeam s’est distingué par sa manière de mélanger puzzle, gestion et narration. Atticus VII s’inscrit dans cette lignée, mais penche du côté narratif plus qu’aucun autre auparavant.

 

Atticus VII est un polar spatial. Alors que les systèmes étaient éteints, un membre de l’équipage a tué de sang-froid le Dr Roberts. En tant que superordinateur de bord, notre rôle sera d’amener le vaisseau à bon port, mais aussi et surtout de démasquer le coupable. Chargé du planning de l’équipage, nous pourrons envoyer ces derniers dans la salle de pilotage pour les interroger sur l’affaire, jeter un œil à leurs journaux de bord en les assignant à la salle des communications, ou encore les laisser à plusieurs dans une même pièce pour espionner leurs conversations. Nous ne disposons que de 10 jours de voyage pour faire nos déductions, c’est peu, d’autant qu’un saboteur semble aussi à l’œuvre à bord, mais cette difficulté chère à Déconstructeam est aussi le moyen de nous offrir de multiples fins et d’encourager la rejouabilité.

 

Le côté survie que l’on trouvait dans Gods Will Be Watching est toujours présent : chaque jour, il nous faudra penser à attribuer des points d’actions dans la réparation des salles du vaisseau, car il suffit qu’une d’elles tombe en panne pour mettre un terme au voyage. Si cet aspect est loin d’être le plus intéressant du jeu, il participe activement à l’expérience, créant chez nous une immense frustration. Chaque point d’action utilisé en réparation est en effet un point d’action perdu pour l’enquête, et plus nous approcherons de notre destination, plus la question se fera pressante : qu’est-ce qui est le plus important, la survie, ou la vérité ?

 

Plus que dans tous leurs précédents jeux, Deconstructeam a mis l’humanité au centre de gameplay. Chacun des cinq personnages est attachant à sa façon, et suspect à sa manière. Tous ont leurs petits défauts (Fukuda qui se refuse à écrire son journal de bord…), leur background (Graham qui a déjà été soupçonné de meurtre par le passé…), leurs relations privilégiées avec d’autres membres de l’équipage (Nikram qui a un amant…), et en cherchant bien, tous auraient finalement une raison d’assassiner le Dr Roberts. Mais le plus amusant, c’est sans doute de tous les voir mener l’enquête par eux-mêmes, que ce soit pour prouver leur innocence ou écarter les soupçons. Et ce n’est qu’en croisant les pistes de chacun d’eux et en confrontant leurs découvertes que nous pourrons espérer mettre la main sur le vrai coupable.

 

Si les jeux d’enquête sont monnaie courante, Atticus VII ne ressemble à aucun d’entre eux, et il est rassurant de voir que malgré le succès (mérité) de Gods Will Be Watching, Deconstructeam ne se repose pas sur ses lauriers et continue d’explorer de nouvelles voies narratives.

← Previous post

Next post →

3 Comments

  1. Wow. Deconstructeam tout craché : intriguant, innovant, intelligent, bien racont… tant !
    J’espérais un meilleur au classement au Ludum Dare pour eux. 🙂

    • 12ème c’est pas mal quand même!
      Et puis la version compo n’était pas aussi bonne que la post-compo

  2. Charles de Goal

    Très bonne narration, et le jeu distille juste ce qu’il faut d’informations pour trouver le meurtrier / l’allié. Le principe de jeu est franchement chouette (une IA à la fois toute puissante et impuissante) ; certains éléments rappellent Analogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.