Querido diaro. Yo, Cuba, la gente, el trabajo, el alcohol y el resto también

 

 

Querido diaro. Yo, Cuba, la gente, el trabajo, el alcohol y el resto también (Windows)
Team Stella

 

 

N’ayant pas de meilleurs modèles, nous avons conçu nos ordinateurs comme nos cerveaux, avec mémoire, gestion de tâches et tutti quanti. Il n’est donc pas étonnant que les aspects les moins reluisants de notre cortex (ébriété, hallucinations, troubles psycho-moteurs…) se retrouvent aussi sur nos écrans, sous un nom bien anodin : le bug.

Dans le corps d’une travailleuse cubaine, Querido diaro. Yo, Cuba, la gente, el trabajo, el alcohol y el resto también, nous propose de naviguer entre glitch et delirium tremens pour rejoindre notre poste. Pas facile quand nos fonctions vitales les plus basiques ne répondent plus.

Surfant sur l’idée du clumsimulator, le jeu se distingue surtout par ses graphismes hypnotiques et agressif, nous remettant en mémoires nos pire cuites…qui fort heureusement n’ont jamais égalé celle-ci à la cheville.

 

Quelqu’un va avoir une mauvaise surprise demain matin.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *