OUJEDICO: Les exercices de style

jeux_G-L_jmtb this is the only level« Dans l’S, à une heure d’affluence. Un type dans les vingt-six ans, chapeau mou avec cordon remplaçant le ruban, cou trop long comme si on lui avait tiré dessus. Les gens descendent. Le type en question s’irrite contre un voisin. Il lui reproche de le bousculer chaque fois qu’il passe quelqu’un. Ton pleurnichard qui se veut méchant. Comme il voit une place libre, se précipite dessus.

Deux heures plus tard, je le rencontre cour de Rome, devant la gare Saint-Lazare. Il est avec un camarade qui lui dit : « Tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus. » il lui montre où (à l’échancrure) et pourquoi. »

Raymond Queneau, Exercices de style.

 

En écrivant ses Exercices de style et narrant de 99 manières différentes l’histoire de cet homme au chapeau mou, de son altercation dans le bus et de son bouton de pardessus manquant, Raymond Queneau a posé les bases de ce qui deviendrait plus tard l’Oulipo. Ce qu’il n’avait sans doute pas envisagé, c’est que cette contrainte transcenderait la littérature pour s’appliquer à d’autres médias : la BD avec les 99 exercices de style de Matt Madden, et bien sûr, le jeu vidéo.

 

C’est en 2008 que sont nés les premiers exercices de style vidéoludiques, sobrement intitulés Exercice de Style. Initié par le collectif Cube, véritable créateur du terme « oujevipo », Exercice de Style reprend à la lettre la contrainte de son homologue au pluriel : raconter une même scène insignifiante en adoptant pour chaque itération un style différent. Il ne s’agira simplement pas ici de styles littéraires, mais de styles graphiques, atmosphériques et de gameplay. Pour ajouter à la variété des saynètes, Exercice de Style s’est cependant éloignée de l’œuvre originale en y ajoutant une nouvelle contrainte : chacune d’elles (ou presque) devait être créée par un auteur différent. En résulte une intéressante hybridation des exercices de style et du cadavre exquis. Des exercices exquis ?

 

Sans pour autant se référer à Queneau, John Cooney faisait découvrir l’année suivante les exercices de styles vidéoludiques à un plus large public. Créé en 8 heures seulement, This is the Only Level devait initialement présenter un même niveau 30 fois et ajouter à chaque étape un nouvel élément de difficulté, une sorte d’adaptation vidéoludique de la contrainte de la boule de neige. Au final, les 30 niveaux sont demeurés exactement les mêmes, à l’œil du moins, car de subtiles différences demandent au joueur à chaque étape de se creuser la tête pour regagner la sortie. En plus d’être sans doute le plus célèbre des exercices de style après l’original (10 millions de parties jouées sans compter ses deux suites) et le tout premier jeu publié sur ce site, This is the Only Level est peut-être la première adaptation ludique le l’itération iconique oubapienne. Une itération de level design ?

 

Une autre façon d’appréhender les exercices de style par biais du jeu vidéo est de choisir un genre ou un jeu culte et de lui opérer toutes les variations possibles. C’est ce que fait Rules pour Space Invaders, Snakes on a cartesian plane pour Snake, Pongs pour Pong, Experimental Shooter pour l’arena shooter et All Against One pour le boss fight des shoot’em up. Mais les exercices de style doivent-ils forcément rimer avec itération ? Est-il possible de s’affranchir du modèle quenellien pour proposer des variations stylistiques au cours d’une même histoire, plutôt que de la répéter ? Oui, à en croire l’Evoland de Nicolas Canasse qui déroule son scénario de RPG en faisant subir au gameplay et aux graphismes les évolutions que le genre a connues au cours de son histoire.

 

Outre l’intérêt de leurs contraintes, ces divers exemples nous permettent de réaliser à quel point les exercices de style sont adaptés au jeu vidéo, simplement parce qu’ils lui sont naturels. Quel autre médium voit ses licences changer de style graphique si brutalement d’un titre à l’autre ? Quel autre médium voit même ses licences évoluer d’un genre à l’autre, tel Mario passant du jeu de plate-forme au jeu de combat en passant par le jeu de course et le jeu de golf ? Et puis il y a le principe d’itération, de test, chevillée au game design : tous les jeux vidéo, même les plus sommaires, sont en un sens passé par la case des exercices de style lors de leur développement.

Exercices de style notables :

Exercice de Style

exercice de style

This is the Only Level

jeux_G-L_jmtb this is the only level

This is the Only Level Too

jeux_M-R_only level

This is the Only Level 3

this is the only level 3

Rules

jeux_M-R_rules

Snakes on a Cartesian plane 

jeux_S-Z_snake on a cartesian plane

All Against One 

jeux_desengorgement_all against one

Pongs 

jeux_M-R_pongs

Experimental Shooter 

jeux_A-F_experimental shooter

Evoland

jeux_time_evoland

Ceci est le huitième article de l’OUJEDICO, rubrique s’intéressant à des sous-sous-genres de jeux vidéo, reconnus ou inventés. Son existence a été rendue possible grâce aux dons des lecteurs sur mon Tipeee. S’il vous a plu et que vous désirez en lire d’autres (ou que vous souhaitez simplement soutenir mon travail) vous pouvez donner 1€/mois à l’Oujevipo.

 

3 commentaires sur “OUJEDICO: Les exercices de style

  1. dit :

    Je me demande si, les clonejams de gamejolt ne sont pas aussi, à leur manière et selon les perspectives adoptées par les jammers, des exercices de style.

    Peut-être que les contraintes de base sont trop vagues pour vraiment qualifier ça d’un exercice d’un style. Mais il n’empêche, que dans l’esprit de cette jam, il y a un truc qui me paraît coller avec cette idée de variation/mutation.

  2. Pierrec dit :

    ha mais complètement. Il faudrait simplement parvenir à rassembler le tout en une même oeuvre, quelque chose d’un peu plus cohérent qu’une page web de jam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *