Winter’s Trip

 

La semaine dernière, je cherchais quelque chose à écrire pour fêter les 4 ans de l’Oujevipo (qui ont lieu aujourd’hui), mais étais incapable de me décider. Fallait-il que je fasse une sélection des événements marquants de 2013? Une rétrospective de ces années passées à tester des jeux expérimentaux ? Me fallait-il faire une annonce surprenante ? Prononcer des remerciements ? Non, décidément, rien ne me tentait. J’ai alors choisi la simplicité en allant fouiller dans mes vieux carnets dans l’espoir d’exhumer quelque texte inédit, et j’en ai trouvé un…

 

Il s’agissait d’une review datée de Décembre 2009 (le jour n’était pas indiqué), soit au moins 10 jours avant la création de la première mouture de l’Oujevipo. Je l’avais sans doute destiné à être la première publication du site, puis l’avais complètement oubliée. D’ailleurs, même si la relecture de ce texte m’évoquait quelques souvenirs, j’avais du mal à me remémorer les conditions de son écriture…sans parler du jeu lui-même ! Mais ce n’est pas ce trou noir qui m’a le plus troublé…

 

Avant d’en dire plus, je reproduis ici ce petit texte pour les plus curieux d’entre vous. J’ai ajouté quelques remarques entre crochets quand je pensais que c’était nécessaire.

 

 

 

 

Winter’s Trip

 

La contrainte est une source d’inspiration. Ce que les auteurs de l’Oulipo (ainsi que leurs plagiaires par anticipation) ont déjà prouvé, le jeu vidéo le confirme. Je viens notamment de découvrir que dans le milieu du jeu vidéo existent aussi des formes de créations sous contraintes. Tous les mois, un groupe de développeurs se retrouve ainsi pour créer des jeux vidéo en s’imposant une limite de temps (48h) et un thème. Cela s’appelle une Ludum Dare [les Ludum Dare ont lieu tous les 4 mois, et ne sont pas des jams « physiques » mais passons].

 

Lors de la Ludum Dare du mois de Novembre, il y a eu 50 participations. Je n’ai bien sûr pas pu toutes les essayer, mais l’une d’entre elle m’a particulièrement marquée. Le jeu s’appelle Winter’s Trip, et a été créé par Ernie V. Rough.

 

Comme on peut le voir dans la capture d’écran [je ne l’ai bien sûr pas retrouvée. Comme j’écrivais sur mon carnet, il est même très probable que je ne l’avais alors même pas prise], les graphismes en ombres chinoises de Winter’s Trip n’ont rien de très attrayant, mais son gameplay est si innovant qu’on lui pardonne volontiers. Et puis…il ne faut pas oublier que le jeu a été créé en 48h.

 

Winter’s Trip s’ouvre sur une citation énigmatique : « Winter, season of serene art, the lucid winter. H.V » pour immédiatement nous transporter sur la coursive d’une tour enneigée qu’il nous faudra arpenter. C’est là que se manifeste la première subtilité de Winter’s Trip : à la différence des habituels platformers qui nous font évoluer sur un plan de gauche à droite, Winter’s Trip nous fait tourner tout autour de la tour, qui s’assemble devant nos yeux tandis que la coursive s’écroule sous nos pas. L’effet de rotation n’est pas particulièrement réussi mais cette perspective révolutionne le genre (sans mauvais jeu de mot), et confère à Winter’s Trop un aspect proprement unique.

 

Cependant, le génie d’Ernie64 ne s’arrête pas là : en tuant nos adversaires (des espèces de moutons hargneux) il est possible de récupérer diverses capsules, chacune nous conférant un pouvoir inédit. La bleue nous permettra par exemple de remonter le temps, la verte d’inverser la gravité, et la rouge de créer des portails de téléportations. Chacun de ces pouvoir peut être amélioré en collectant des triangles oranges, mais faitesvous toucher une seule fois, et il faudra repartir à zéro.

 

Appelant à la fois à notre intelligence et à notre dextérité, Winter’s Trip est loin d’être facile, et chacun de ses six (pourtant courts) niveaux nous obligera à nous surpasser (et nous fera lâcher quelques jurons). Il mérite cependant qu’on s’y accroche, ne serait-ce que pour découvrir ahuri chacune de ses trouvailles, ou pour, en fin de niveau, voir le replay hilarant de toutes nos morts précédentes.

 

 

 

Ma première réaction à la lecture de ce texte a été de me moquer, bêtement. Il y a quatre ans je n’étais visiblement pas encore bien au fait de ce qui se passait dans la scène indé. Je veux bien croire que ce Winter’s Trip m’ait marqué sur le moment, mais de là à qualifier de « pouvoirs inédits » le fait de remonter le temps (Braid), d’inverser la gravité (VVVVVV) ou de se téléporter par l’intermédiaire de portails (Portal) ! Quant à ce gameplay rotatif qui « révolutionne le genre » on le trouvait déjà dans Fez…

 

Ce n’est qu’en essayant de retrouver ce Winter’s Trip que j’ai commencé à être pris d’angoisse. J’avais écrit « Lors de la Ludum Dare du mois de Novembre » mais aucune Ludum Dare n’a eu lieu en Novembre 2009. Pire : de toute l’Histoire de la Ludum Dare, une seule s’était tenue en Novembre, il s’agissait de la deuxième…en 2002 ! Avais-je pris cette LD#2 pour la dernière en date ? Au vu de mes autres approximations sur le sujet, c’était possible…mais alors, cela impliquerait que Winter’s Trip ait réuni à la fois les spécificités de Braid, VVVVVV, Portal et Fez cinq à dix ans avant leurs sorties ? C’était un peu gros…

 

Je suis donc allé inspecter les jeux de cette LD#2, et j’ai été rassuré de ne pas y voir Winter’s Trip. Ce qui m’a inquiété en revanche, c’est de ne le voir apparaître dans aucune autre édition de la Ludum Dare. Autre fait troublant : l’évocation des « 50 participations » ne correspondait à aucune de ces dernières. J’ai alors étendu mes recherches à Internet, mais là encore : aucune trace ni de Winter’s Trip, ni de Ernie V. Rough/Ernie64 (j’utilise les deux noms dans le texte). À croire que ce jeu n’existait tout simplement pas.

 

Espérant y voir un peu plus clair, j’ai accordé une seconde lecture à mon article…c’est là que je suis véritablement tombé des nues. « Les graphismes en ombres chinoises » n’était-ce pas une des caractéristiques les plus marquantes de Limbo? « Le replay hilarant de toutes nos morts précédentes » un attribut de Super Meat Boy ? Ultime coup de théâtre : ces power-ups en forme de triangle oranges, n’étaient-ce pas ceux de Cave Story/Doukutsu Monogatari, papa du platformer indé, et sorti en…2004 ?

 

Une folle hypothèse a commencé à germer dans mon esprit : Avais-je, en Décembre 2009 joué par hasard à l’ancêtre commun de tous les plus grands platformers indés de ces dernières années ? Daisuke Amaya, Edmund McMillen, Jonathan Blow, Terry Cavanagh, Phil Fish et même Valve (qui n’est pas indé, mais soit) n’étaient-ils que de vulgaires plagiaires ?

 

Difficile à croire, et pourtant…tout collait : les « moutons hargneux » évoquant le thème mineur de la LD#2 (sheep), le nombre de participations à celle-ci, qui, si on y ajoute Winter’s Trip, s’élève à 50, ou encore « la tour qui s’assemble devant nos yeux tandis que la coursive s’écroule sous nos pas » évoquant assez clairement le thème Création/Destruction.

 

Reste que la seule preuve tangible permettant de l’attester, le jeu lui-même, demeure introuvable.

 

Voilà maintenant une semaine que je mène l’enquête, que je sillonne les forums les plus obscurs du web, que j’interroge, sans trop en dire, les participants de cette historique Ludum Dare…mais à aucun moment je ne suis parvenu à retrouver la trace de cet Ernie V. Rough ou de son hypothétique création. À croire que ce dernier a tout fait pour effacer ses traces…ou que quelqu’un d’autre s’en est chargé.

 

Je voulais garder ça pour moi, j’avais peur de passer pour un fou, un mythomane, mais ce secret est décidément trop lourd à porter. Et puis…je veux des réponses ! Je me dis que peut-être quelqu’un parmi vous a lui aussi joué à Winter’s Trip, qu’il a des souvenirs plus solides que les miens, ou mieux, une copie de l’exécutable quelque part sur son disque dur.

 

Si vous disposez de la moindre piste, de la moindre information au sujet de Winter’s Trip, d’Ernie V. Rough ou de n’importe quel élément de ce mystérieux casse-tête, merci de me les communiquer dans les commentaires de cet article, ou, si ces informations vous semblent trop sensibles, par mail à l’adresse pcorbinais@gmail.com.

 

Merci de votre fidélité pendant ces quatre années (ou moins), et merci par avance pour votre assistance.

← Previous post

Next post →

10 Comments

  1. Bonne anniversaire l’Oujevipo !
    Espérons que ce mystère puisse s’éclaircir un peu prochainement.

  2. Salut Pierrec 🙂 Magnifique réécriture du Vd’H que l’on croirait née de la plume de l’avatar numérique d’Hugo Vernier lui-même… 😉
    Très bonne continuation !

  3. Bon, pour modérer l’originalité « tower platformer », voir [url=http://en.wikipedia.org/wiki/Nebulus_%28video_game%29]nebulus [/url] en 1987.
    Fez a définitivement eu des ancètres…

  4. Très bon anniversaire à l’OUJEVIPO
    Même si je joue très peu ,je lis toujours tes articles avec grand plaisir et celui-ci a tout particulièrement aiguisé ma curiosité …
    J’espère de tout coeur que tes lecteurs et amis sauront retrouver ce jeu et son créateur oublié,mystérieusement disparu de la toile ,dont tu sembles être la première personne à mentionner l’existence et sa création aussi mince,certes,,que capitale…
    Pour ma part j’ai déjà contacté Jethro et Sepulvéda le fameux « oeil privé-Mots en tous genre »,grand amoureux d’Antanaclase(mais le coeur a ses raisons que la raison ne connait pas)…et j’ai bon espoir …
    J’ai également appelé Paul Arnoud ,journaliste à Teknikart car cet effacement inquiétant me rappelle singulièrement OUTSIDE ,l’un des seuls jeux dont j’ai pu pénétrer l’univers grâce à toi…et par lequel j’ai appris la signification de MMORPG ,découvert les PJ et les IA ainsi que l’affreux juron des geeks :OMGWTFBBQ111.
    Il m’a donné les coordonnées de Percival Bartlebooth qui sont les suivantes « pbartlebooth@yahoo.fr ».Ce dernier est accroc aux forums et pourrait être en contact avec Ernie64 .
    N’étant pas anglophone j’ai traduit avec difficulté le titre du jeu « winter’s trip » ;j’attends donc avec impatience des nouvelles de ce voyage d’hiver et ses suites …

  5. Merci Maman. Avec des pistes pareilles, je suis sûr que toute cette affaire va s’éclaircir rapidement. Je contacte Percival dès ce soir!

  6. Curiolog a aussi l’air d’avoir mis le doigt sur quelque chose au passage

  7. On dirait qu’il t’es arrivé la même mésaventure que Vincent Degraël mon petit Perrec ! Euh, je veux dire Pierrec.

    Ernie V. Rough… C’est un joli anagramme de Hugo Vernier !

    Quant à ce Winter’s Trip, il me fait penser à ce Voyage d’Hiver écrit par ce même Hugo.
    Plus surprenant encore, il semble que Winter’s Trip et Voyage d’Hiver ont une caractéristique commune : ils sont chacun un précurseur des futures créations relatives à leur art.

    Je m’en retourne à la recherche, je crois avoir un bon filon !

  8. Ce qui est bien avec les moteurs de recherche c’est qu’ils font d’Internet un endroit propice à lancer des invitations de ce genre, et je pense que tu l’as bien compris Pierrec.
    Félicitations donc, et bon anniversaire à l’Oujevipo !

  9. On dirait que Pyrofoux a ferré du lourd!
    Merci à tous pour votre aide! Que cela ne vous empêche pas de mener l’enquête de votre côté, des fois que vous trouviez des choses intéressantes 🙂

  10. Comme dirait l’autre : « Winter’s coming ! », enfin, j’espère…
    Et bon anniversaire.

Répondre à Flap Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.