Nothing About The Dog

Nothing About the Dog (Windows)
Billbis

 

 

Pouvez-vous citer beaucoup d’adaptations de romans en jeux vidéo? De films, par dizaines, de bandes-dessinées itou, mais de romans ? On peut bien sûr trouver des jeux-vidéo dont l’univers est inspiré de romans (Le Seigneur des anneaux, Dantes Inferno…), mais ceux s’intéressant réellement à la narration de l’œuvre littéraire, à sa trame, ne sont pas si nombreux. Aussi, quand j’avais entendu parler de Nothing About the Dog il y a quelque mois, j’avais été très intrigué, et même en ayant placé mes attentes assez haut, j’ai réussi à être agréablement surpris.

 

Nothing About The Dog est tiré de Three Men in a boat (To Say Nothing of the Dog), Trois hommes dans un bateau (sans parler du chien) en français, de Jerome K ; Jerome. Un roman nous racontant le périple de trois hommes (et d’un chien) descendant la tamise à bord d’une barque. Pas d’action, pas de suspense, juste un road-trip pépère ponctué d’anecdotes comiques et de parenthèses philosophiques. C‘est justement cette absence de twist, de décision importante ou d’action épique réalisée par les protagonistes qui permet de semer un peu d’interaction au milieu de la narration sans dénaturer l’œuvre originale.

 

Cependant, s’il ne se passe rien, si on se contente de faire avancer l’histoire en cliquant au bons endroits, on s’ennuie. Il a donc fallu à Billbis inventer du ludique, écrire des dialogues qui ne figurent pas dans le roman, créer de petits jeux pour nous distraire, multipliant ainsi les infidélités à Jerome K. Jerome. Le mélange d’éléments nouveaux et de citations du roman en voix off forme pourtant un mélange homogène. Preuve en est qu’en jouant au jeu, et sans avoir lu l’œuvre originale, j’étais bien incapable de déceler ce qui provenait de Jerome K. Jerome, et ce qui provenait de Billbis. Il m’a fallu lire le chapitre en question (ha oui, parce que le jeu ne couvre pour l’instant que le chapitre 10) pour prendre conscience de ce tour de force. C’est le moment passé à chercher les arceaux dans la barque pendant que Georges ne cesse de nous importuner qui m’a le plus marqué. De ce passage en effet n’est fait aucune mention de le livre. Il s’agit d’une pure invention. Cela semblait pourtant si authentique…

 

Simple dans son gameplay comme dans ses graphismes, Nothing About The Dog semble faire siens les propos de Jerome K. Jerome « Rends légère la barque de la vie et munis-la des seules choses dont tu aies besoin: un intérieur et des plaisirs simples, un ou deux amis dignes de ce nom, quelqu’un qui t’aime et que tu aimes – un chat, un chien, une pipe ou deux – prends assez de provisions pour te nourrir et te vêtir, un peu plus que le nécessaire pour te désaltérer, la soif étant une chose terrible. », et c’est terrible en effet, car il nous a mis l’eau à la bouche, sans pour autant nous désaltérer. La suite ! La suite !

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Décidément, à chaque fois que je relis cette superbe [i]review[/i], la larme me vient à l’œil. Merci beaucoup Pierrec !
    Toujours pas grand chose de neuf pour le chapitre suivant, j’y travaille un peu mais pas très vite…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.