Superdimensional

Superdimensional

Superdimensional (Browser[Unity], Windows, Mac, Linux)
PixelMind

 

Il y a quelques jours, je faisais le pari qu’HopSlide sortirait grand grand gagnant de la Ludum Dare 30. Perdu, il n’occupe que la troisième place du podium, tout juste devancé le Chipset-0 de l’immanquable Deepnight. Pour ma défense cependant, je n’avais pas joué à Superdimensional.

 

Superdimensional a remporté la médaille d’or de la compétition, et comme à l’accoutumée, cette récompense est amplement méritée. Comme beaucoup d’autres jeux de la LD30, Superdimensional est une sorte de puzzle/side-scroller nous proposant d’alterner entre plusieurs univers parallèles, mais deux subtilités le rendent véritablement unique.

 

La première, c’est que l’avatar que nous incarnons est lui aussi affecté par ces changements de dimensions (et pas seulement le décor). Il sera tour à tour pierre qui roule, poulpe qui nage (ou vole?) et blop qui grimpe.

La seconde, c’est qu’on ne passe pas d’une dimension à l’autre par une bête pression de la barre espace, mais en déplaçant notre curseur. Les dimensions en effet sont projetées telles des faisceaux lumineux. Il nous faudra donc ajuster leur direction, comme on le ferait pour éclairer son chemin à la lampe torche.

 

Bientôt cependant, les faisceaux se seront plus issus de points, mais de segments, et bientôt ces segments se mettront en mouvement. Arrivé là, on commence à arriver à court d’analogies possibles…si ce n’est peut-être des néons de bureaux fixés sur des taureaux mécaniques invisibles qui…non, rien, oubliez ça.

 

La difficulté à décrire Superdimensional est la preuve de son originalité. On ne s’étonnera donc pas qu’il ait aussi décroché la médaille d’argent dans la catégorie Innovation (derrière HopSlide cette fois). Ce qui est surprenant en revanche, c’est d’une part que Superdimensional parvient à être facile à prendre en main malgré un gameplay complètement innovant, et d’autre part que ses mécanismes transforment ses graphismes pourtant minimalistes en kaléidoscope qu’on ne se lasse pas de faire tourner.

← Previous post

Next post →

3 Comments

  1. Très joli avec une prise en main intuitive (même si par moment le contrôle des faisceaux est un peu ardu).

  2. Le jeu est vraiment magnifique

    Dans le même genre, voici un jeu sortit l’année dernière

    https://www.youtube.com/watch?v=oY4NXEu4Qnc

    Lien du jeu : http://enjmin-bundle.com/a-tale-of-two-worlds/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *