January

January (Browser)
Rich Vreeland

 

Il n’existe pas deux flocons de neige identiques, parait-il, bien que je ne me sois jamais embarrassé à vérifier. Certains, adeptes de la langue pendante aux petits matins d’hiver iraient jusqu’à dire que les flocons n’ont jamais le même goût, c’est encore à prouver. Une seule chose est sûre, c’est que pour l’homme attentif et poète, les flocons ne sonnent jamais de la même façon, et qu’en les écoutant bien, ils formeraient même une mélodie.

 

 

Pour l’entendre, il suffit de tirer la langue. Pas une langue de moquerie ou de défi, mais une langue réceptive, une antenne. Alors sagement, les flocons viendront s’y déposer et leur son éclatera, comme des bulles de savon soufflées à travers un Gaffophone.

D’abord, les flocons, comme la musique, se feront diffus, dispersés, mais en avançant dans Janvier, la neige se fera plus dense, et votre mélodie gagnera en complexité. N’essayez surtout pas de composer, ce serait une énorme erreur de jugement tant le hasard sait bien faire les choses. De toute façon, bien malin qui découvrirait le son caché derrière chaque flocon avant l’impact. Ils savent rester secret. Seule l’intensité de la note sera laissée à votre appréciation, puisqu’en toute logique, plus un flocon est gros, plus la note sera marquée.

 

Si la musique vous ennuie, vous pourrez toujours en profiter pour réciter des poèmes. Une ôde au moins de janvier par exemple, car n’est-il pas beau ce mois? Plus encore que le printemps, il incarne le renouveau, on efface tout, et on recommence. La page blanche, mais sans son angoisse.

 

Si vous ne vous sentez pas d’humeur lyrique, alors vous pourrez toujours compter les points, comme dans un jeu d’enfant…celui par exemple qui consiste à attraper des flocons avec la langue…

 

Mais quoi que vous ferez, il y aura toujours cette mélodie, ennivrante, entêtante, cette mélodie qui ne s’enregistre nulle part ailleurs que dans votre cervelle, et qui jamais ne sera rejouée. Votre mélodie de Janvier. Et je vais vous confier un secret : Il paraitrait que c’est en marchant ainsi dans la neige qu’Erik Satie aurait écrit ses gymnopédies.

← Previous post

Next post →

4 Comments

  1. tatou-tatou

    Cette mélodie est d’ailleurs d’autant plus belle que nous sommes le dernier jour de février 😉

  2. Erreur : le dernier jour de février ne montrera son nez que l’année prochaine 😀

  3. tatou-tatou

    A moins que…
    http://www.youtube.com/watch?v=_DD-o_105u8

    On ne sait jamais, des fois que des « démons » (je ne comprend pas parfaitement l’anglais, mais au vu des images…) nous envahissent le jour de l’armistice de la guerre de 14 ! 😀

  4. Ils n’avaient pas la patience d’attendre 2012…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.