Ishihara

Ishihara (Windows)
Luke O’Connor

 

Dernière ce nom barbare (ou tout simplement japonais) d’Ishihara se cache quelque chose que l’on connaît tous : ces test circulaires pour déceler le daltonisme. Il est vrai que l’illustration de cette cartouche fictive de Favicon l’évoque fortement, c’est donc tout naturellement que Lukeoc a suivi cette voie pour sa participation à l’Agbic.

 

Petit shooter zen, Ishihara ne présente rien de très excitant du côté du gameplay, il suffit de se frayer un chemin à travers les billes de couleurs pour collecter les billes lumineuses. On peut tirer aussi, mais cela n’a guère d’autre utilité que de disperser les boules et revient parfois à éloigner celles que l’on convoite.

 

 

Le plaisir dans Ishihara est donc purement esthétique : pour l’œil d’abord, parce que ces billes colorées s’agglutinant telles des œufs de poisson ne manquent pas de charme, mais aussi, afin de ne pas léser nos amis daltoniens, pour l’oreille. Les billes en s’entrechoquant produisent en effet des notes de musiques, et ces notes bien évidemment s’agencent en une mélodie.

 

Alors oui, Ishihara ressemble au final davantage à une activité d’éveil qu’à un jeu vidéo, mais à ceux qui oseront dire qu’ils sont trop vieux pour s’ébattre dans une piscine à boules, je répondrais par ce joli strip d’xkcd.

Un commentaire sur “Ishihara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *