Six Shots of Whiskey

Six Shots of Whiskey (Windows)
Nifflas, Sara Sandberg.

 

 

Ça y est, après la statue de Rocky, le taureau de Wall Street et la grande muraille de Chine, le jeu vidéo a été yarn bombé.

Les coupables : Nifflas, déjà fiché pour son Knytt Stories qui laissait envisager son affection pour la couture et sa complice Sara Sandberg alias « la couturière ».

Le lieu de crime : la Suède. Pas étonnant, d’abord parce que ses game designers sont connus pour leur inventivité, ensuite parce qu’il fait froid là bas et que même les personnages de jeu vidéo doivent s’y habiller chaudement.

Bon, pour être plus juste, il s’agit ici moins de tricot, propre au yarn bombing, que de broderie, mais l’idée est la même : réhabiliter des techniques jugées de grand-mères et les hisser au rang de véritable moyen d’expression artistiques.

 

Six Shots of Whiskey est donc un jeu dont les graphismes sont entièrement réalisés en broderie. Mince, c’était pourtant évident, qu’est-ce qui ressemble plus à un pixel qu’un point de croix ? Le jeu présente un nombre assez limité de sprites, mais on peut déjà envisager l’immense somme de travail que ça représente. Je me demande d’ailleurs ce qu’il est advenu des broderies originales, je suis sûr qu’elles seraient du plus bel effet sur le mur de mon salon.

 

 

Il aurait été d’une goujaterie sans nom de la part de Nifflas de mettre la superbe production de cette jeune femme au service d’un gameplay médiocre, il lui a donc fallu, comme d’habitude, nous offrir un jeu de qualité…enfin un jeu…cette dénomination peut-être discutée compte tenu du fait que Six Shots of Whiskey comprend assez peu d’interactivité.

Il suffira ici au(x) joueur(s) d’attribuer un nom à chacun des deux personnages. Un algorithme basé sur les lettres de leur nom leur conférera alors une personnalité de héros de western, avec un rôle (marshall, pianiste de bar, desperado…) des points de caractéristiques et des capacités spéciales allant du lancer de lasso à la descente de whisky. S’ensuit alors un duel digne de l’excellent jeu de carte Wanted (ou Bang) avec tirs de revolvers, coups de poings, dynamites et whisky pour regagner de la vie. Le joueur n’a aucun contrôle et se doit de demeurer passif devant la victoire ou la défaite de son cow boy.

 

Il existe par conséquent des dizaines de manières de jouer à Six Shots of Whiskey, le tout est de les inventer. A deux joueurs, c’est facile, il suffit de jouer à « qui trouvera le nom le plus bourrin », mais on peut aussi se régaler tout seul en explorant la richesse du jeu, en essayant de comprendre son fonctionnement, en mettant en scène les duels les plus absurdes, ou en partant à la recherche des personnages « spéciaux », sortes d’easter eggs cachés par Nifflas. J’ai pour ma part débusqué « Whiskey » et « Sara », mais il y en a sûrement d’autres. N’hésitez pas à partager ici ceux que vous trouverez ou les règles que vous vous serez inventés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *