Heir + Sky Serpents

Heir (Browser)
Antony Lavelle

Sky Serpents (Browser)
Nitrome

 

Il y a un jeu qui s’appelle Shadow of the Colossus.

Il paraît qu’il est bien, j’en sais rien, je n’y ai jamais joué. Et pour cause, il est d’une part sur une console postérieure aux années 90, d’autre part, il coute 45€, pouah!

 

Tout ce que je sais, c’est que Shadow of the Colossus consiste uniquement à dézinguer d’énoOormes colosses avec sa petite épée, et qu’il a été une source d’inspirations pour plusieurs développeurs indés.

 

En découle deux jeux flash particulièrement funs, et très différents, malgré leur ancêtre commun.

C’est Heir et Sky Serpents.

 

 

Procédons par ordre chronologique de sortie.

 

Heir est plus ou moins la réplique de Shadow of the Colossus en 2D. Il s’agit d’explorer des mondes, et de tatanner des monstres géants. A la différence que dans Heir, les mondes sont les monstres géants (et vice versa). On ne s’accroche plus à leurs poils, mais à la mousse dont leur corps rocheux est recouvert. On ne cherche plus leur repère, on cherche à deviner à quoi ressemble ces créature chthonienne que nous parcourons. On croit achever un stégosaure et on se découvre sur le crâne ensanglanté d’un hippocampe.

 

Bref, Heir transforme l’impérieux Shadow of the Colossus en jeu de plateforme, d’exploration et de devinette. C’est agréable, c’est facile, c’est raisonnablement long, et en plus, c’est beau (si l’on ferme les yeux sur les saynettes de transition que je trouve assez inutiles.)

 

 

De l’autre côté nous avons Sky Serpents. De loin, dans le brouillard, et en clignant les yeux très vite, c’est à peu près la même chose : trucider des gros streums avec sou coutelas en s’attaquant à leurs point faibles.

 

Mais a-t-on déjà vu Nitrome créer un jeu qui n’avait pas sa part d’originalité?

Celle de Sky Serpents, c’est de combiner Shadow of the Colossus avec un un jeu de snake…vous savez, celui qui a fait le succès des 3310.

 

A chaque niveau son serpent, à chaque serpent ses points faibles, à chaque point faible un pouvoir destiné à vous nuire. Le serpent se tortille, emprunte des directions imprévisibles, et vous pauvre joueur, vous accrochez de toutes vos forces à ses écailles, quand celles-ci le permettent, combattez les vents violents, esquivez pics et boules de feu, tout ça pour une seule raison : Lui latter la gueule.

 

On pourrait se questionner : est-ce vraiment juste de s’attaquer à quelqu’un qui n’a même pas de bras pour se défendre? Peut-importe, pour son seul concept, Sky Serpents mérite le détour, si ce n’ est le voyage.

 

Pour ces deux jeux, je loue l’existence de Shadow of the Colossus, et je serais bien incapable de déterminer mon préféré. Mais je serais curieux cela dit de connaître le votre.

2 commentaires sur “Heir + Sky Serpents

  1. dit :

    Tiens je ne connaissais pas du tout Shadow of the Colossus mais j’ai été surpris de voir qu’avec autant de performances graphiques et un concept simplement titanesque, ils n’en fassent guère plus qu’un Rayman-like joli.

    En ce qui concerne les deux dérivés indés, j’ai une préférent pour Sky Serpents coté ludico/poutrage mais Heir a quelque chose de plus intriguant, plus spayce… bien qu’un peu monotone forcément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *