The Graveyard

The Graveyard (Windows, Mac, Iphone)
Tale of Tales

 

The Graveyard est une histoire triste. Celle d’une vieille dame, si vieille qu’il ne lui reste pas un ami de vivant. Elle les a vu mourir, un par un, et a pris pour habitude de leur rendre visite au cimetière. Elle avait d’abord une seule tombe à fleurir, puis deux puis quatre…et au fur et à mesure que les noms sur les tombes se faisaient familiers, ses vieilles jambes faiblissaient, au point de ne plus pouvoir supporter sa carcasse pourtant chétive.

 

Mais on ne change pas les habitudes, et malgré ses vieux os, cette femme continue à se lever chaque matin pour visiter le cimetière. Le tour des connaissances devenant laborieux, elle se contente de traverser l’allée principale pour s’asseoir quelques minutes…parfois quelques heures, sur le banc devant la chapelle. Elle pense à la mort. Puis elle rentre chez elle, la journée terminée.

 

 

The Graveyard est une expérience éprouvante. Comme pouvait l’être Passage ou Home, mais les graphismes en 3D, le visage creusé, rendent ici la tragédie plus poignante. Rien d’autre à faire que ce explicité plus haut, un jeu finalement d’une simplicité enfantine…

 

Mais non, parce que cette dame n’est justement plus une enfant, que ses jambes, son dos lui font mal, et que sa tristesse pèse lourd. The Graveyard est extrêmement difficile : parce que tous les trois pas, l’aïeule commence à boiter, et que cette vision devient proprement insupportable. On se sent alors contraint de s’arrêter, de la laisser reprendre son souffle avant de continuer. Puis, après la pause sur le banc, encore faut-il se lever, et rebrousser chemin, en aurez-vous la force de caractère ? Pourquoi ne pas rester là, au cimetière ?

 

Il existe une version payante de The Graveyard, celle-ci ne contient rien de plus que la version gratuite, si ce n’est une autre fin pour la rescapée du temps, la dernière des fins : la mort, tout simplement.

Payer pour mourir ? Voilà qui est complètement absurde ! Le but commun à 90% des jeux vidéos n’est-il pourtant pas de ne pas mourir ? Tale of Tales frappe très fort, et là où ça fait mal, car après avoir essayé The Graveyard, vous trouverez 5 euros bien peu cher payé pour venir à bout d’une telle tristesse et d’une telle souffrance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *