We Become What We Behold

we become what we beholdWe Become What We Behold (Browser)
Nicky Case

 
« Nous façonnons nos outils et ceux-ci, à leur tour, nous façonnent. »

Cette citation attribuée à McLuhan résume bien le cercle vicieux que Nicky Case veut mettre en scène. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ne sont plus seulement des outils, mais une extension de nous, de notre système nerveux. Pas étonnant alors qu’elles tendent à nous mettre sur les nerfs…

 

Dans We Become What We Behold, nous endossons le rôle d’un journaliste. En quête de sensationnel, car le paisible quotidien n’intéresse guère les foules, nous immortalisons les aspects les plus marginaux de la société, et par là même, nous la changeons. Nous faisons et défaisons les modes, nous agissons, peut-être sans le vouloir, sur la morale et les opinions. Nous nous plions aux exigences de notre audience et sublimons ce qu’elle peut avoir de plus détestable. Nous sommes le médium ET le message.

 

Contrairement à Parable of the Polygons qui simulait un système, We Become What We Behold nous prend par la main, déroule une narration, et mériterait d’ailleurs davantage le nom de parabole. L’histoire qu’il nous raconte bien sûr est déjà connue de tous, mais certaines histoires méritent d’être répétées pour que l’Histoire, elle, ne se répète pas.

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Liliegane

    Çà a le mérite d’être clair, au début j’avais pas compris le message d’avertissement, vu que tout était mignon. Mais ça c’était avant. XD

Laisser un commentaire