Strawberry Cubes

strawberry cubesStrawberry Cubes (Windows)
Loren Schmidt

 

Il est souvent dit que Strawberry Fields Forever aurait été composé sous l’emprise du LSD. Je ne sais pas sous l’emprise de quoi Strawberry Cubes a été développée, mais j’en veux.

Préparez-vous à avoir le cerveau qui bouillonne, car Strawberry Cubes n’obéit à aucun code connu. Certes, ses pixels et sa vue de côté le font ressembler à un platformer rétro, mais la touche saut n’existe même pas, c’est dire s’il s’en éloigne. À la place, on trouvera une touche génération de grenouilles, de chaises (?), une touche explosion, une poignée de touches téléportations et encore autant qu’on ne comprend pas vraiment.

 

C’est un sentiment auquel il faudra pourtant s’habituer, car Strawberry Cubes nous immerge dans l’incompréhension. Que faut-il faire au juste ? Où faut-il aller ? Ce sont des questions qui resteront sans réponde, alors autant les oublier une fois pour toutes et explorer Strawberry Cubes de la meilleure manière qui soit : à l’aveugle.

 

Au hasard de nos errances, on découvrira peut-être un jardin secret, des graines qui une fois plantées nous serviront d’échelles, mais des fraises, on ne verra pas la couleur…ou plutôt, on ne verra que la couleur. Certaines choses feront peut-être sens peu à peu, mais le glitch finira toujours par l’emporter, nous prenant par surprise et détruisant notre environnement avec le raisonnement logique que nous tentions de construire. Il est clair que Strawberry Cubes cherche à nous dire quelque chose, malheureusement, il ne fait aucun effort pour parler notre langue.

← Previous post

Next post →

3 Comments

  1. bouh. Le jeu crash chez moi…

  2. Je viens de le lancer, et en effet c’est carrément obscur ! J’ai pu comprendre grâce au readme que les « chaises » servent à se téléporter, mais la (ou les) maps sont tellement immenses qu’un seul checkpoint est vite inutile.
    J’ai réussi à comprendre aussi comment utiliser ses clones, et traverser certains murs… C’est assez terrible d’avoir l’impression à chaque fois de trouver un chemin alternatif, puis de constater que derrière il y a des tonnes d’autres voies possibles. Avec tous les messages qui se mélangent, indiquent une direction, nomment des éléments clés… Et les jetons numérotés qui semblent devoir se collecter… Ah, et les tableaux changent légèrement à chaque visite (statues, objets…).

    Il doit y avoir un sens, oui. En jouant rien qu’un quart d’heure, on arrive déjà à percevoir des mécaniques et des demi-objectifs ! Malheureusement avancer efficacement dans le jeu doit demander un certain investissement (ne serait-ce que pour tracer la carte). Étant en ce moment déjà en train d’essayer de déchiffrer La-Mulana et Mirror Moon EP, je ne pense pas pouvoir m’y plonger de si tôt !
    Mais il reste largement appréciable en terme d’ambiance. Y errer gentiment, tenter de comprendre des fragments de ce que l’on perçoit, et jouer avec tous les glitchs visuels et sonores, ça a suffit pour charmer !^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *