Linescape

Linescape (Browser)
Azurenimbus

 

Tu m’vois, tu m’vois plus. Tu m’vois, tu m’vois plus.

Le caché-coucou étant sans doute le tout premier jeu auquel nous avons tous joué bébé, il est naturel que l’on cherche parfois à en renouveler l’expérience. Moi, par exemple, je m’amuse parfois sur le siège passager d’une voiture à fermer les yeux en rythme pour ne jamais voir les lignes blanches de l’autoroute percuter le bas du pare-brise (n’essayez pas au volant, c’est dangereux). Je n’étais jusqu’à présent pas totalement convaincu de la normalité de ce comportement, mais après avoir joué au nouveau jeu d’Azurenimbus, je suis rassuré.

 

 

Linescape a été réalisé pour la Mini-LD 34 qui imposait comme contrainte de créer un jeu à la résolution singulière. Par exemple 1024×128, 4096×4096, 8x8x8 ou encore un cercle de 500px de diamètre. Azurenimbus, lui, a adopté une résolution de 640×3, soit une ligne. Difficile dès lors de ne pas penser à Wolfeinstein 1-D qui adopte à fortiori des graphismes très similaires mais c’est plutôt de Walk with Jack qu’il faudrait le rapprocher (tellement que je viens de me rendre compte que j’ai sans le vouloir écrit la même intro pour ces deux jeux).

 

Comme dans Walk with Jack, il s’agit de « fermer les yeux » pour éviter les obstacles. Seulement, ce ne sont pas ici les décors qui disparaissent, mais le personnage lui-même qui se rend invisible et transparent. D’autre part, Linescape abandonne le principe du bouton unique de Walk with Jack et troque ses graphismes figuratif contre d’autres plus colorés et plus abstraits qu’on pourrait prendre pour un tableau de Mondrian dans sa période linéaire qui n’a jamais existé.

 

Au fond…Linescape ne ressemble ni à Wolfeinstein 1-D, ni à Walk with Jack. C’est un jeu véritablement novateur qui mériterait que j’abandonne cette manie de toujours linker vers des reviews précédentes. Pourtant, je ne peux m’empêcher de vous renvoyer vers Microscopia, sans doute le jeu ayant le plus de choses à partager avec Linescape : un même auteur, un même logiciel de développement (Stencyl) un même gameplay original, des même graphismes aussi minimalistes qu’efficace, et cette même impression que oui, réaliser un jeu est à la portée de tous, et qu’il ne suffit que d’une petite once de génie pour aboutir à des créations plus que mémorables.

 

← Previous post

Next post →

4 Comments

  1. pyrofoux

    Bon Dieu ! Ça me rappelle les jeux 1D que je crée et que j’ai l’ambition de présenter un jour à l’Oujevipo. 😮

    *4 heures plus tard*
    Enfin terminé ce jeu. Fiou…
    Ça a été long… Surtout vers la fin.

  2. admin

    Je ne demande qu’à voir!

  3. Très original, ça me rappelle un cout métrage en 1D (ou les protagonistes allaient voir un film en 2D !) qui avait la même esthétique en ligne horizontale coloré…
    Mais pas moyen de retrouver le titre.

  4. admin

    Je peux pas t’aider 🙁

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *