Coma

Coma (Browser)
Wittyhobos

 

D’abord éclipsé par une autre « nouveauté » que j’avais trouvé plus intéressante que lui, Coma revient, en cette période de crise où je ne puis expérimenter de nouveaux jeux pour cause de décès de carte graphique. (Pour un bloggeur de jeux vidéos, ça fait mal…)

Pourquoi Coma n’avait-il pas auparavant obtenu mes faveurs ?

Une seule raison : Coma n’a rien de très original, Coma s’inscrit totalement dans la toute nouvelle tradition du jeu de plateforme-exploration-indie, autrement dit, du Knytt-like.

Pourquoi obtient-il mes faveurs maintenant ?

-Parce que Ektoll, de Gameblog me l’a remis à l’esprit

-Parce qu’il tourne sans carte graphique.

-Parce qu’hormis l’originalité, il ne manque rien à Coma.

Le jeu parvient a apporter une certaines fraicheur en étant simplement « joli », et on ne crache pas sur une jolie fille parce qu’on a déjà rencontré ses grandes sœurs.

 

 

Sans le titre pour nous éclairer, Coma ne serait que l’exploration d’un monde vaguement onirique, avec lui, on peut imaginer Coma comme l’exploration du subconscient d’un comateux, Pete, cherchant à se réveiller.

Qu’est-ce que ça change au fond ? Baah…rien, sauf que Freud trouverait sûrement une blague salace sur l’enfermement de la sœur dans al cave ou les menaces de mort du père…haha, sacré Freud !

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. 😐 comprends pas Coma. Faur faire koi quand on est coince?

  2. en général…sauter, c’est à peu près la seule chose à faire. Sinon, lire les dialogues et jouer du piano ^^

  3. Coma est certes un très joli jeu, mais il y a aussi un peu de « sens caché », notamment avec l’expression « don’t ring the dore bell ».

    « Dore bell », un mot qu’on dirait mal orthographié, qu’on remplacerait par « door bell » (la sonnette de la porte d’entrée) mais qui pourrait également faire réference à « Do rebel » (contre le coma), à « Do » et « Re » les premières notes à joueur.
    Ou encore au « programme Dore », un traitement utilisé pour stimuler le cerebellum. Une déficience du cerebellum pouvant mener à un coma! D’où le « ring the dore bell » Réveilles-toi!

    Voilà, en découvrant cela, « coma » m’a paru bien intéressant 😉

  4. Très joli à regarder et à jouer, au niveau graphisme je le préfère même à Knytt stories.
    La bande sonore est assez sympathique également.
    Si non merci pour tout les jeux que tu nous fait découvrir 😉 , avant ce blog, j’ignorais que le jeu-vidéo était un art presque à part entière.

  5. Ektoll : en effet…ça enrichit tout d’un coup. Dans la précipitation j’avais simplement lu Door Bell, et meme si j’avais lu Dore bell, je ne crois pas que j’aurais pu pousser la réflexion aussi loin. Un hic du coup : Ce programme doré en l’occurence, en anglais, ne se traduirait-il pas par Gold?

    Quoi qu’il en soit je m’en fiche, j’ai toujours aimé faire dire à des œuvres ce qu’elles n’ont jamais eu l’intention de dire.

    Pour aller plus loin, j’ajouterais que ce dore bell peut aussi faire référence au Dore Program, cure contre la dysléxie dont wittyhobos n’a pas du abuser pour faire des fautes pareilles. 😆

    Acid : Merci bien, c’est le genre de commentaire qui fait vraiment plaisir. Même si je préfère pour ma part largement Knytt Stories à Coma et ce pour 3 raisons précises :
    -Le droit d’ainesse
    -L’edition de level
    -le tugudup quand on grimpe aux murs qui n’est et ne sera jamais égalé. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.