Porkerpillar

Porkerpillar (Windows)
Mommy’s Best Games

 

Quand on y réfléchit, le bébé est le grand absent du jeu vidéo. C’est quand même bien dommage tant celui-ci est capable de ravir les foules par un simple gargouillis bien placé. Alors que les adultes à l’opposé, même si leur gargouillis est extrêmement bien placé eh ben non, ça ne marche pas, cela ne ravit pas les foules. Au cinéma ils l’ont bien compris, dans la publicité aussi, le bébé ayant aussi l’avantage de coûter moins cher, parce que le bébé est moins exigeant. Proposez du caviar ou du champagne à un bébé, il fera non de la tête d’un air indigné, à lui, du lait suffit. Mais attention à ne pas le lui donner dans un biberon à l’ouverture trop large (exemple : la taille d’une pièce de 5 centimes) sinon il s’étouffe et après il meurt. Les gargouillis du bébé mort ayant un effet bien moindre sur les foules, elles ne seront pas ravies, au mieux écœurées.

 

 

Évidemment, il y a d’autres moyens de ravir les foules avec un bébé. Une des solutions consiste à le placer sur le dos d’une chenille et à lui faire manger des donuts. Ca a l’air un peu stupide comme ça, mais dans un jeu vidéo, ça peut marcher, parce que quand même, le grand avantage du jeu vidéo, c’est qu’on peut leur faire faire n’importe quoi aux bébés. La preuve, c’est Porkerpillar qui justement place un voire plusieurs bébés sur le dos d’une chenille et leur fait manger des donuts. Pokerpillar a un peu ravi des morceaux de foules puisqu’il est finaliste avec Coldwar Hangover, Comet Tune et d’autres encore de la 5 Buttons game competition. Notez que c’est le seul avec des bébés, ce ne peut pas être le fruit du hasard, ni le légume du hasard d’ailleurs puisque des études ont prouvé que celui-ci était le panais.

 

Ce qui est bien avec Porkerpillar, c’est qu’on peut aussi faire sauter le bébé, le faire glisser comme sur un toboggan, ou le faire combattre contre des guêpes et des mines volantes. A noter que ce dernier point est un peu moins amusant vu que le bébé à tendance à perdre (alors que pour le coup, un adulte à la musculature forte ou un rocher auraient eu leurs chances). Un autre aspect embêtant, mais qui pour le coup est commun à un nombre respectable de jeux vidéos, c’est que si on ne connaît pas les touches, l’ensemble peut paraître assez ennuyeux, voire frustrant, en dépit des bébés qui sont pourtant connus pour être une source considérable de divertissement, quitte à se mettre de la confiture sur le menton ou à dire « gagaga » pleins d’entrain. Alors les touches les voici : 1,2,3,4,5.

 

C’était un billet de Jacques Boudinot (comprend qui peut).

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. pyrofoux

    [b]:O[/b]

    Sans commentaire.

    (Même si rien que celui-là, ça en fait déjà un. Haha. [b]:,D[/b]. )

    Une chose est sûre : ajouter des bébés dans des jeux vidéos est une méthode qui porte ses légumes.

Répondre à pyrofoux Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.