Emily is away

emily is awayEmily is away (Windows, Mac, Linux)
Kyle Seeley

(À lire sur l’air de La Bohème, bien sûr)

Ce jeu parle d’un temps
Que les moins de vingt ans
Ne peuvent pas connaître
Facebook en ce temps-là
Ne caressait même pas
Encore l’idée de naître
Et si la messagerie
Consultée chaque nuit
Ne payait pas de mine
C’est là qu’on s’est connus
Moi fan d’Indochine
Toi tu préférais Muse

AIM, AIM,
Ça voulait dire
Deux-mille deux.
AIM, AIM,
Nous ne chattions qu’un jour sur deux.

Autour de 20h20
Nous étions quelques-uns
À flirter dans le noir
Et bien que boutonneux
Du gras dans les cheveux
Nous ne cessions d’y croire
Et quand notre Margaux
Ou notre Roméo
Nous envoyait un smile
Nous récitions des vers,
Ceux de A Thousand Miles
« And-eu now I wonder… »

AIM, AIM,
On voulait dire
« 
Tu es jolie ».
AIM, AIM,
Et nous disions « vivement samedi».

Souvent il m’arrivait
Devant mon vieux PC
De passer des nuits blanches
Reformulant mes phrases
Leur donnant de l’emphase
Afin que ton cœur flanche
Et ce n’est qu’au matin,
Qu’on se mettait enfin
A bosser nos DMs
Épuisés, mais ravis,
L’un sur Skyrock FM
L’autre sur NRJ.

AIM, AIM,
Ça voulait dire, on a quinze ans.
AIM, AIM,
Et nous vivions dans l’air du temps.

Quand au hasard des jours
Je m’en vais faire un tour
Sur mon ancienne adresse
Je ne reconnais plus
Ni pseudos ni statuts
Qui ont fait ma jeunesse
Dans la messagerie
Je cherche mes amis
Mais personne dans la liste
Ils ont changé de port
Maintenant Facebook existe
Et AOL est mort

AIM, AIM
On était jeunes, on était fous
AIM, AIM
Ça m’est revenu tout d’un coup.

 

8 commentaires sur “Emily is away

  1. dit :

    En effet, je salue cette adaptation impressionnante !
    Et même si j’ai un peu de mal à chanter le passage sur A Thousand Miles, j’ai été transporté plus de 10 ans en arrière sans même jouer au jeu.

  2. Charles de Goal dit :

    Sauf si j’ai raté quelque chose, on ne peut interagir qu’avec Emilie, ce qui rend le jeu un peu tiré par les cheveux, comme si on n’avait passé ces cinq ans qu’à penser à elle et parler avec elle, alors qu’il y a des NPC tiers (amis, prétendants, etc.) qui servent de papier peint…

    Sinon, AIM, connais pas, dans mon adolescence c’était disquettes et timbres 🙂

  3. Pierrec dit :

    J’avais été un peu déçu en effet de ne pas pouvoir discuter avec d’autres personnes, mais le jeu m’a tout de même transporté 15 ans en arrière (AIM c’est le chaînon manquant entre l’enveloppe timbrée et le chat facebook)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *