Les Migeons

MigeonsLes Migeons (Windows, Mac, Linux, Browser [Unity])
Simon Chauvin, Guillaume Levieux et Stéphanie Mader

 

-Qu’est-ce que j’peux faire ?

-Chais pas quoi faire…

-Qu’est-ce que j’peux faire ?

-Chais pas quoi faire…

 

Jouer à Les Migeons, c’est un peu comme passer un après midi à la plage avec une horde de mioches (ou d’Anna Karina, en plus moches) : Une fois leurs châteaux de sable terminés, il ne font rien qu’à nous casser les pieds, et avant qu’on la leur suggère, l’idée d’en ériger d’autres ne leur traversa même pas l’esprit.

 

Ils sont mignons quand même les Migeons (même si pas autant qu’Anna Karina), et leurs constructions de cubes colorés rivalisent d’inventivité, mais dès qu’ils sont désœuvrés, ils peuvent vite nous taper sur le système. Pas le choix : il va falloir les occuper, et pour cela le meilleur moyen reste de les remettre au boulot en les ramassant puis les déposant un peu plus loin.

 

Seuls, les Migeons reproduiront à l’infini la même construction, mais en équipe, leurs talents se compléteront, et donneront naissance à des architectures plus complexes que nous pourrons par la suite arpenter. De parent agacé, nous deviendrons peu à peu maître d’œuvre, mais aussi agent matrimonial, car associés par affinités, les Migeons pourront alors se reproduire.

 

Il n’y a pas de but dans Les Migeons. Ce sera à nous de nous fixer nos propres objectifs, mais à l’opposé de beaucoup de jeux bac-à-sable, nous ne somme pas tant acteur que superviseur. Nous ne créons pas, nous planifions, et le contrôle indirect que nous avons sur ces œuvres de cubes ne les rendent que plus belles et plus surprenantes.

2 commentaires sur “Les Migeons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *