Dominions’n’dominoes

Dominion DominationDominions’n’dominoes (Browser)
Benjamin Soule

 

Lors d’une précédente Ludum Dare (la 23ème), Benjamin Soule nous cuisinait une intelligente adaptation vidéoludique du jeu de plateau Agricola. Pour cette trentième édition, il récidive, jetant aussi dans la casserole un peu de Cuba, de Dominion, et probablement d’autres jeux de plateaux à l’allemande que je ne connais pas, le tout préparé à la sauce science-fiction.

 

Si vous n’avez joué à aucun des jeux sus-cités, comprendre les règles de Dominions’n’dominoes vous demandera peut-être quelques efforts. Un conseil : donnez-vous la peine.

Pour faire simple : il vous sera demandé à chaque tour d’effectuer deux actions parmi celles proposées à gauche. L’idée principale est de placer côte à côte les mondes habités, de manière à ce qu’ils commercent entre eux. Observez donc bien ce que chaque planète produit et importe, et rappelez-vous de vos parties de Dominos. Plus votre chaîne de connexion sera longue, plus vous obtiendrez de prestige à la fin du tout, mais les événements et réglementations en vigueur viendront semer un peu de chaos dans ces mécanismes bien huilés.

 

Équilibrer un jeu de plateau prend généralement plusieurs années, aussi, il est impressionnant de voir ce que Benjamin Soule est parvenu à faire en 72h. Certes, Dominions’n’dominoes repose sur des briques de gameplay ayant déjà fait leurs preuves, et certes, son équilibrage ne résisterait peut-être pas à quelques parties opposant trois gros joueurs bien filous, mais cette richesse, ces graphismes, cette IA plus que correcte…J’en suis encore tout abasourdi !

 

On se prend à rêver d’une édition de Dominions’n’dominoes en jeu de plateau. On y jouerait en hiver, avec les copains, les maudissant pour avoir fait l’action Colonisation rien que pour nous emmerder, et pourrissant leur empire économique avec une guerre civile bien placée. On s’imagine décapsuler une bière, puis une autre, puis une troisième, et on se voit en train de compter les points à chaque tour, oubliant une fois sur deux de prendre en compte les législations en vigueur, s’écharpant sur l’interprétation d’un événement encore trop flou, jusqu’à ce que le moins patient d’entre nous décroche complètement à la phase de comptage du quatrième tour et passe le reste de la partie à regarder son smartphone en attendant que nous lui lancions des « à toi ! » de moins en moins tendres.

 

…Bon, peut-être que Dominions’n’dominoes, le jeu de plateau, ne coupera pas à quelques années d’équilibrage. Dominions’n’dominoes le jeu vidéo en revanche va encore nous occuper quelques parties.

 

Un commentaire sur “Dominions’n’dominoes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *