Less Than Three

<3 – Less than Three (Windows)
Ben Chandler – Captain Nemo (Musique/Test)

 

En commençant à jouer à Less Than Three, je me suis dit que je n’en parlerais pas sur l’Oujevipo. Non pas qu’il semblait mauvais, au contraire, il s’annonçait excellent, comme tous les jeux de Ben Chandler, mais voilà, est-ce bien la peine de le rappeler à chaque fois ?

 

Eh bien j’ai conclu que oui. Car si Ben Chandler nous a habitué à une qualité des graphismes, des intrigues et des dialogues qui rendent tous ses jeux exceptionnels, il parvient pourtant à chaque fois à créer quelque chose de totalement différent. Et en vantant les qualités de Less Than Three, je suis certain qu’à aucun moment je n »aurais l’impression de me répéter.

 

Ce jeu d’aventure point and click prend cette fois place dans un univers Heroic Fantasy très classique. C’est une nouveauté pour Ben Chandler, qui ne s’était encore jamais attaqué à cet univers, mais aussi pour le point and click en général. Il n’existe pas tant de jeux d’aventures Heroic Fantasy, traditionnellement orcs, elfes, bardes et paladins sont plutôt l’apanage des RPGs.

 

C’est justement l’idée de Less Than Three, concilier jeu d’Aventure et RPG. Ben Chandler évoque justement sur Twitter s’être remis à Baldur’s Gate, difficile de ne pas y voir un lien de cause à effet.

 

 

Du côté de l’aventure nous avons donc :

-Un gameplay de point and click
-Des choix de dialogue et de (petites) fins alternatives.
-Un esprit très escape room (les héros devant s’échapper d’une pièce où ils sont enfermés).

 

Du côté RPG en revanche nous avons :

-Un univers Heroic Fantasy avec ses races (elfes…) et ses classes (clerc, barde, sorcier…)

-Des fiches objets RPG (Dague Magique, dégâts 1-6 +1dg de feu…)
-Des restrictions de classe/niveaux/caractéristiques.

 

Mais pour concilier, il ne suffit pas de prendre quelques éléments de chaque côté et de mélanger grossièrement. Il faut réussir à créer un tout fluide, harmonieux. On parie que Ben Chandler y arrive ?

Pour situer le contexte, les héros se retrouvent coincés dans une salle de trésors remplis de trophées divers et magique. Tous ces objets étant de très haut niveaux, il est impossible pour le personnage principal, un barde, de les utiliser. Il lui faudrait pour ça être un grand guerrier, ou un archimage. Il se rechigne même à utiliser les instruments de musique qui devraient pourtant être ses objets de prédilection, prétextant qu’il est meilleur pour conter des histoires que pour jouer de la musique.
Le résultat est une immense frustration : imaginez, une salle remplie d’objets magiques plus utiles les uns que les autres, et l’impossibilité de faire quoi que ce soit. C’est certain : Less Than Three joue avec vos nerfs, mais ce n’est pas encore là où le RPG intervient.

Le premier twist c’est que les (rares) objets ramassés ne fonctionnent pas comme des objets de point and click, mais comme des objets de RPG. Par exemple, un couteau, dans un point and click, ça sert à couper ou à crever des trucs, dans un RPG, un couteau magique peut créer des dégâts de feu ou augmenter votre sagesse. Aussi, il est primordial dans Less Than Three de lire la description de chaque objet pour savoir comment il se comporte.

Le deuxième twist c’est…*mmmgnhfff…* [intervention de la brigade anti-spoil].

 

Mais Less Than Three, c’est encore plus qu’un bon jeu, c’est aussi une belle histoire…plusieurs belles histoires. Le personnage central est un barde, un conteur, ce n’est pas innocent. Tout en étant l’avatar du joueur, il est aussi celui de l’auteur, celui par lequel il nous raconte la geste de l’Empereur Kemal, le propriétaire de la salle de trésors. Chacun des objets exposé, s’il est inutile, possède une histoire liée à l’Empereur, et il suffit de faire un clic droit pour qu’Othello nous la raconte, ou, si c’est un objet utilisable, de lire sa description dans l’inventaire. D’historiette en historiette, on peut reconstituer, haut-fait après haut-fait, on peut reconstituer la vie de l’Empereur Kemal, une vie d’action, de ruse et d’aventure, comme se doit être une vie de RPG Heroic Fantasy.

 

Mais il y a encore une autre histoire, d’amour cette fois, celle que nous laisse deviner le très habile jeu de mot du titre (Inférieur à trois / <3). Celle là, je vous laisse la découvrir, je dirais simplement que comme d’habitude, Ben Chandler parvient à créer des personnages féminins extrêmement vrais et attachants.

 

3 commentaires sur “Less Than Three

  1. Nimls dit :

    Hum, personnelement, j’ai beaucoup aime aussi, comme le peu de jeu de Ben Chandler auquel j’ai joué (il faudra d’ailleur que je m’y mette).

    J’ai cepandant trouve le systeme pas assez poussé, je trouve que l’allience RPG aurait pu etre plus exploré, genre pour les differents objets qui sont (attention spoil) tous les meme (des dagues)…
    J’aurais vraiment aimé un truc avec les même panneau qu’un RPG (ou du moins ses objets) et avec des classes, mais en point and Click comme cela. Mais peut-etre suis-je trop exigeant (parce que ca doit etre chaud a faire, quand même) et que je ne sais pas me contenter de ce que j’ai (et ce jeu, je le repète, est vraiment une très bonne réussite) ^^

  2. dit :

    personnellement, j’ai beaucoup aimé que les objets soient tous des [Spoil]. J’ai trouvé que c’était un très bon gag, et que cela permettait bien d’utiliser les caractéristiques de l’item RPG. Après, il faut savoir aussi que le jeu a été réalisé dans un temps limité pour une compétition d’AGS, mais il est vrai que je serais moi-même désormais friand d’une version plus poussée comme tu as évoqué.
    Cela dit, demeure l’éternelle question : Est ce que je préfèrerais une version plus poussée d’un excellent concept existant, ou un prototype d’un autre excellent concept tout à fait innovant?

    Ah cruel dilemne! Heureusement que le choix ne m’appartient pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *