Cure 48


Cure 48
(Windows)
SonnyBone

 

À chaque Ludum Dare, j’aime me trouver un chouchou. Un jeu qui occuperait la première place avec mérite et distinction mais qui ne l’obtiendra sans doute pas parce que la concurrence est rude. Pour cette LD25, j’ai fait mon choix (pour l’instant), et ce sera Cure 48.

 

Cure 48 n’est pas le plus beau, ni le plus fun, ni le plus innovant, ni le plus profond. Il se contente simplement d’être excellent sur touts les points, et ce sont bien là les qualités d’un gagnant.

 

Alors que l’humanité est condamnée par une épidémie nouvelle, les sicientifiques découvrent l’existence d’un vaccin sur une lointaine planète. Un héros est alors missionné de s’y rendre pour sauver la race humaine.

 

Intégrant le thème de la compétition, « You are a Villain », dans son gameplay même, Cure 48 instaure sans un mot une véritable réflexion philosophique et vidéo-ludique. Mon seul regret sera cet écran de texte explicatif final, sonnant comme un aveu d’échec de l’auteur, quand Cure 48 est une réussite sur toute la ligne.

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. S’il vous plaît pardonnez mon mauvais français. C’est SonnyBone, le game designer de Cure 48. Je vous remercie pour les aimables paroles. Vous mentionnez que l’écran final apparaît comme un aveu d’échec, mais je ne suis pas d’accord. En vérité vous êtes une personne très réfléchie et de lumière pour être en mesure de comprendre le sens profond de la partie. De nombreux autres joueurs ne réalisent pas ce qui se passait jusqu’à ce que l’écran.Encore une fois merci pour vos commentaires merveilleux et je vous remercie pour comprendre ce que je voulais exprimer.

  2. Tu as peut-être raison. Je ne me rends pas forcément compte :/

  3. Si je puis me permettre, c’est un jeu Windows, pas Browser. 🙂 Maintenant je vais l’essayer.

  4. Suis-je le seul à avoir pensé à The Visit ? (En étant un peu déçu qu’il n’y ait pas de fin alternative dans celui-ci.)

  5. Oui, au fond c’est la même idée, c’est vrai, Cure 48 la traite simplement avec plus de gravité

Laisser un commentaire