Keyboard Drumset Fucking Werewolf

Keyboard Drumset Fucking Werewolf (Windows, Mac)
Cactus (Jonatan Söderstrom), Fucking Werewolf ASSO et Benjamin Södeström pour la cover

La poule et l’œuf, c’ est dépassé.

Une nouvelle question existentielle vient alors les remplacer : Qu’est-ce qui vient en premier, un morceau d’electro minimaliste doublée d’un post-punk sauvage où cris et batterie se battent pour étouffer l’autre, ou un jeu vidéo polymorphe et flashy à rendre une plante verte épileptique et qui consiste une grande partie du temps à défoncer les touches de son clavier ?

La réponse existe, mais je ne veux pas l’entendre tant la collaboration de Cactus et de Fucking Werewolf ASSO semble couler de source et tant son résultat brille d’homogénéité au milieu du chaos qu’elle génère.

 

Si une bonne BO est souvent recherchée dans la création d’un jeu vidéo, on n’a pas l’habitude d’y accorder une si grande place. Généralement, la musique doit accompagner le jeu en toute discrétion, les meilleures BO étant bien souvent celle qu’on ne remarque pas.

Ici, c’est différent : le morceau de Fucking Werewolf ASSO prend toute la place, impossible de le rater. Il nous violente les oreilles tandis que Cactus se charge de nos yeux (prochaine étape : le cerveau). Ajoutons à cela que les moments de gameplay du jeu sont chronométrés pour coïncider avec les moments musicaux et nous avons vraiment l’impression d’avoir sous nos yeux un clip vidéo-ludique.

Ce média bâtard est bien trop rare dans le jeu vidéo. Il dispose pourtant d’un potentiel ahurissant comme l’a démontré Inside a Dead Skyscrapper, comme le confirme maintenant Keyboard Drumset Fucking Werewolf. Cela dit, il peut sembler inconvenant de comparer la poésie d’Inside a Dead Skyscrapper à la folie furieuse de KDFW.

 

 

KDFW en effet enchaîne les gameplays à un rythme dément : hop side-scroller vertical, hop smashage de clavier, hop action-platformer…Ne cherchez pas à y voir des exercices de style intellectuels, c’est tout le contraire : un délire psychotrope destiné à vous perdre. Ah, et oui : à vous faire perdre aussi.

Les règles changent si rapidement que franchir une étape du premier coup relève de l’exploit, et chaque échec vous ramènera directement à la case départ. Mais vous savez quoi ? On s’en fout ! D’abord parce qu’on ne se lasse pas de ces « SOUNDS SO GAY ! » martelés à coup de caisse claire dans notre cerveau, ensuite parce que KDFW saura réveiller le hardcore-gamer-garou qui sommeille en chacun de nous (vous allez voir sa tête quand il découvrira que le jeu total ne dure que 2m55), enfin parce que le jeu regorge de surprises : différentes armes finales, des CD apparaissant au petit bonheur la chance et offrant des bonii à qui sera assez vifs pour les attraper, un niveau caché si on se laisse tomber trois fois dans le premier niveau…

 

Je ne chercherai pas à comprendre pourquoi le jeu s’appelle Keyboard Drumset Fucking Werewolf, je ne chercherai pas à savoir pourquoi un Eskimau cul à l’air se change en loup-garou, je ne chercherai pas à connaître les raisons de ce boss mi-licorne mi-poulpe mi-trucs-que-personne-n’a-encore-songé-à-inventer…je vais juste mettre les basses à fond, déchirer mes vêtements et faire une transe de la victoire à poil sur mon balcon une fois que j’aurai réussi à dérouiller ce foutu boss à coup de roquettes.

 

J’espère vivement que cette collaboration saura inspirer d’autres développeurs. Non pas par sa folie (nul ne peut rivaliser avec Cactus sur ce terrain) mais par son concept de clip/jeu vidéo. KDFW prouve au monde entier que ce sous-genre à un bel avenir, Cactus ayant réalisé à mon goût son meilleur jeu de tous les temps, et Fucking Werewolf ASSO ayant sans doute bénéficié de la meilleure promo possible, la preuve : je vais aller m’acheter leurs morceaux. Vous les trouverez sur leur Myspace, le morceau en question étant intitulé II. Attention cependant aux effets secondaires : il se peut que Keyboard Drumset Fucking Werewolf ait créé chez vous un réflexe pavlovien qui vous fera entrer dans un état de jouissive fureur canine à la seule écoute de ce morceau.

4 commentaires sur “Keyboard Drumset Fucking Werewolf

  1. admin dit :

    Tu oublie une licorne destroy. Je suis content que tu sois tombé dessus car à postériori, je m’en serais voulu de ne pas t’avoir envoyé le lien tant ce jeu semble avoir été conçu pour toi 😉

  2. dit :

    Ce jeu est totalement horriblement fantastique. Par contre la frustration s’empare de moi car aucun personnage ne s’affiche lors du combat final. Est-ce que c’est moi qui suit débile ou est-ce qu’est un bug ? DITES MOI QUE JE SUIS DEBILE.

    Sinon je surkiffe. Et toujours bravo pour le blog, je reviens quotidiennement.

  3. admin dit :

    Je ne sais pas…normalement il y a toujours ton loup garou en tout petit. Mais il disparait à chaque fois qu’il se fait toucher pour réapparaitre ailleurs….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *