Minkomora

minkomoraMinkomora (Browser)
Joni Kittaka et merritt kopas

 

« Don’t fear dying or missing out ». N’aie pas peur de mourir ou de manquer quoi que ce soir. À l’ère numérique où le FOMO a remplacé le Carpe Diem, cette phrase de tutoriel au début de Minkomora sonne comme une leçon de bien-être. C’est presque ça : c’est Minkomora tout entier qui en est une.

 

Minkomora est un jeu d’exploration, du moins il en est un si vous vous mettez en tête de l’explorer, car à peine sorti de votre lit douillet, rien ne vous empêche d’y retourner aussitôt et de clore ainsi votre journée. Minkomira ne vous en voudra pas ni ne cherchera à vous en dissuader: il y a des matins comme ça où rien ne va, et il ne faut alors surtout pas se forcer. Si vous décidez d’explorer cependant, vous découvriez un monde tout doux et coloré, comme découpé dans la feutrine, qu’habitent de bien curieuses créatures.

 

Les graphismes simplistes de Minkomora seront suffisants pour différencier ces dernières et se faire une idée de leurs modes de vie, mais le manuel livré avec le jeu vous permettra de les nommer et de vous en faire une idée plus précise. Il contient aussi une carte du monde, quelques descriptions des lieux importants et servira comme au bon vieux temps de support à l’imagination. Il vous apprendra aussi les commandes bien sûr, mais dans Minkomora, celles-ci ne sont pas bien difficiles à retenir : les flèches pour marcher, Espace pour s’asseoir, Entrée pour localiser la maison où se conclut toute escapade.

 

Marcher. S’asseoir. Rentrer à la maison. Voilà qui décrit finalement bien Minkomora. Mais que l’absence de bouton d’action ne vous induise pas en erreur : le jeu n’est pas dépourvu d’interactions, loin de là, celles-ci se conjuguent simplement au passif. Ce ne sera qu’en cessant d’agir, en s’asseyant à l’ombre ou au soleil, en observant les animaux et en gagnant calmement leur confiance que la plupart des secrets de Minkomora se révéleront à nous.

 

N’espérez pas tout découvrir. Ne soyez pas frustrés de n’avoir jamais rencontré le mystérieux Okonoc ou de n’avoir été invités dans la caverne des Tak-Taks. On ne peut pas tout faire en une seule journée et la vôtre est bientôt terminée. Si la moindre lassitude ou le moindre agacement se fait sentir, n’hésitez pas à aller vous coucher. Minkomora ne voudrait sans doute pas vous retenir contre votre gré. (Note: vous pouvez aussi essayer de couper la musique qui est un brin répétitive à la longue).

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. J’aime beaucoup les rapports et les différences entre le jeu et le manuel… Ça me rappelle le guide de Donkey Kong Country, qui était bourré de petites astuces et de blagues de Cranky, et que j’ai dû passer plus de temps à lire et relire qu’à jouer au jeu %D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *