PACAPONG

PacapongPACAPONG (Windows, Mac, Linux)
KingPenguin

 

De toute l’Histoire du jeu vidéo, Pong est vraisemblablement le jeu ayant connu le plus de versions, d’adaptations…et si ce n’était pas encore certain, la mini-LD 58 vient d’en rajouter 236. Il faut dire qu’avec « Pong » comme thème, les devs avaient une marge de manœuvre assez réduite.

 

Pour dépoussiérer ce bon vieux jeu de raquettes, beaucoup ont choisi d’en mélanger le gameplay à celui d’un autre « classique » :

Tetrong le croise avec Tetris.

BreakPong avec BreakOut.

Trong avec Tron.

SnakePong avec Snake.

Super Pong Fighter avec Super Street Fighter.

Flappy Pong avec Flappy Bird.

Face à toutes les possibilités qui s’offraient à lui, KingPenguin n’a pas su choisir et a tout jeté dans la même marmite : Pong, Pacman, Space Invaders et Donkey Kong. Le résultat est très surprenant, et plutôt amusant à regarder…quant à savoir comment ça se joue…

 

On frappe la pacballe, elle s’engage dans le labyrinthe, empruntant un chemin qui semble aléatoire, elle ressort de l’autre côté pourvu qu’elle ait évité les fantômes, des space invaders se matérialisent, on réalise que nos raquettes peuvent se déplacer horizontalement et tirer, la balle repart dans l’autre sens, devient invincible aux fantômes, Donkey Kong apparaît pour balancer une volée de tonneaux, player 1 wins.

 

Je n’ai joué que seul à Pacapong, et il est certain que l’expérience doit être plus amusante en multi puisque c’est dans ce but que le jeu a été conçu, mais la folie de Pacapong me fait penser qu’il serait tout aussi intéressant de regarder une paire d’IA se battre en duel. Pacapong est moins un jeu qu’un spectacle, entre la danse contemporaine et le théâtre de l’absurde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *