Worthy Life

worthy lifeWorthy Life (Browser)
Charles Klipfel, Alexis Moroz et Clément Grenier

 

Une tâche répétitive.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à acheter.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à acheter ou qu’on en ait assez.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à acheter ou qu’on en ait assez ou que l’on meure.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à acheter ou qu’on en ait assez ou que l’on meure et qu’on réalise qu’on ne s’est jamais vraiment amusé.

Une tâche répétitive qui ne fait pas vraiment appel à nos compétences et de laquelle nous ne sortons pas grandis mais qui rapporte de l’argent pour acheter des améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations qui nous permettront d’obtenir plus d’argent pour acheter d’autres améliorations jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien à acheter ou qu’on en ait assez ou que l’on meure et qu’on réalise qu’on ne s’est jamais vraiment amusé et qu’on a, au final, perdu tout notre temps.

 

L’addiction provoquée par les jeux à upgrades qui fleurissent sur les portails de jeux flash n’est finalement pas si éloignée de l’aliénation du monde du travail, et c’est ce que Worthy Life parvient à mettre en lumière. Il le fait bien sûr en prenant ce monde du travail comme décor, en plaçant ça et là quelques images bien trouvées (sauter sur la tête de ses collègues pour se propulser plus haut), mais aussi en créant un écart insensé entre nos revenus quotidiens (une cinquantaine de pièces) et le prix des upgrades (de 75 000 à 1 200 000 pièces). Pour acheter le moindre upgrade, il faudra donc jouer 1500 fois…à mois d’utiliser les boutons en bas de l’écran pour faire passer le temps plus vite, et acquérir d’un clic un à dix ans de salaire. Ce faisant malheureusement, nous nous rapprocherons également du terme de notre vie, et au seuil de nos 90 ans, nous regarderons en arrière, pleins de regrets. On nous a menti : qu’importent nos efforts, qu’importe le temps passé à répéter cette même tâche, jamais nous n’aurions pu obtenir le ticket d’entrée au club des 1 %.

← Previous post

Next post →

4 Comments

  1. Liligane

    Sympa comme jeu. Ca me rappelle mes cours sur les « momento mori ».

  2. Charles de Goal

    «  » »L’addiction provoquée par les jeux à upgrades qui fleurissent sur les portails de jeux flash n’est finalement pas si éloignée de l’aliénation du monde du travail » » »

    Bien vu. J’avais un collègue qui passait son temps de travail à « jouer » à ce genre de jeux. Je pense qu’il y cherchait une gratification facile qu’il ne trouvait pas dans le boulot (il était médiocre et paresseux). Ce genre de chamallow complaisant a le don de m’énerver…

    • Pierrec

      Je ne trouve de gratification qu’en finissant une mission d’XCOM en ironman ;p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *