Dog Game #1

Dog Game #1 (Windows)
Daniel Blackburn

Vous avez passé une dure journée ? Vous souhaiteriez vous détendre avec un petit jeu sympa ? Alors fuyez tant qu’il en est encore temps car Dog Game #1 est sur le point de planter des clous dans votre moelle épinière.

Dog Game #1 est le jeu anxiogène par excellence, tout y est conçu pour réveiller vos vieilles phobies et même pour vous en dégoter des nouvelles. Achluophobie, parce que cet arena shooter se déroule sur un fond désespérément noir, agoraphobie car toutes les autres créatures que vous rencontrerez chercheront à vous nuire et que pour le coup, vous préféreriez être tout seuls, phonophobie parce que les sons de ce jeu semblent être le mélange d’un larsen et d’un crissement de craie mais surtout… claustrophobie !

Certains des ennemis rencontrés prennent en effet un malin plaisir à scier des portions de la fenêtre de jeu si vous ne les arrêtez pas, et ce jusqu’à ce Dog Game #1 devienne proprement injouable et sois contraint de fermer. C’est comme si le jeu cherchait à s’interrompre de lui même, comme s’il n’aimait pas que vous jouiez avec lui et cherchait à se débarrasser de vous au plus vite. Le résultat est bien évidemment un désagréable sentiment d’enfermement, d’asphyxie, de plus en plus prononcé, on en finit par souhaiter aussi que cette expérience s’arrête au plus vite et à laisser les bourreaux faire leur office. J’en viens à me demander si ma volonté d’écrire sur ce jeu ne relève pas du syndrome de Stockholm.

Mais ce n’est malheureusement pas tout : chaque collision avec un ennemi provoquera un déplacement instantané de la fenêtre sur votre écran rappelant immanquablement la mauvaise surprise d’un pop-up intrusif ou de ces liens malveillants ou potaches encombrant provoquant des ouvertures de fenêtres en cascade.

S’il s’évertue à tout faire pour être détesté, Dog Game #1 mérite tout de même d’être essayé, car il explore un domaine encore trop peu exploité dans le jeu vidéo : l’espace de jeu. Il l’altère, il le contraint comme aucun autre avant lui n’avait pensé à le faire et on peut facilement envisager les possibilités de ces figures de style si elle étaient employé à autre chose qu’à notre exaspération. Espérons donc de jouer à d’autres créations exploitant cette idée, si Dog Game #1 ne nous a pas rendu vidéo-ludophobique d’ici là.

 

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. pyrofoux

    J’avais raison !
    La mascotte oujevipienne est bien devenue le [b]:’D[/b] !

    Par contre, sur le favicon, c’est un peu étroit. On vois que le  » [b]'[/b] « …

    Mais faut pas trop en demander non plus.. : [b]:’)[/b]

Répondre à pyrofoux Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.