100th

100th (Browser)
Droqen

 

100th est un petit jeu de plate-formes assez particulier. Dans celui-ci, on ne se soucie pas de sa propre personne, de ce petit tas de pixels orange qui nous représente, pour la simple et bonne raison que rien ne peut nous faire du mal : insensibles aux pics, aux chutes, on peut explorer les cavernes de 100th en toute sérénité.

Seulement, pour pouvoir explorer un peu plus loin que le bout de son nez, il nous faut un ballon. Une baudruche gonflée à l’hélium qui nous permet de sauter plus haut, plus loin, ou encore de nous élever dans le ciel en restant posé dessus. Mais ce ballon alors, quelle mauviette ! Le moindre pic, et il explose, le moindre coup de vent, et il s’envole…les occasion de le perdre sont nombreuses. On se retrouve à se faire du souci, non plus pour soi, mais pour son ballon, qu’on tient fermement en maintenant la touche x appuyée.

 

 

 

Ce seul élément de gameplay est une idée géniale : maintenir une touche du clavier en continu recréé bien l’impression de tenir une ficelle : un instant de relâchement, et voilà le ballon qui s’envole dans les airs. Il y a du traumatisme d’enfant dans 100th., mais aussi la beauté et l’innocence de cette même enfance.

 

Ajouté à cela, 100th bénéficie d’un level design et de graphismes très réussis, qui en font un très digne successeur de Knytt stories et consorts.

Pour courronner le tout, 100th dispose de quatre niveaux de diffuculté : le premier qui consiste simplement à atteindre la fin du jeu, le deuxième qui nécessite de collecter avant cela tous les cadeaux éparpillés, et le troisième et quatrième qui sont les même que les deux premiers, mais avec le ballon rouge, soit celui avec lequel on commence le jeu, et qui implique donc de réussir sans la moindre erreur.

 

En bref, un jeu joli à regarder, riche, drôle et léger…comme un ballon gonflé à l’hélium.

← Previous post

Next post →

8 Comments

  1. Très fun ! Arriver à la fin avec le ballon rouge doit relever de l’exploit cependant ou bien je suis trop maladroit pour y réussir.

  2. Le procédé me rappelle un truc entendu à propos d’un jeu dont le titre ne me reviens définitivement pas (c’était sur console récente, je n’y ai pas joué et le titre fait 3-4 lettres).

    Il fallait accompagner une petite fille en la tenant par la main. Mais pour la tenir par la main, il fallait maintenir un bouton enfoncé. Et comme le jeu est plutôt long, il arrive fatalement un moment où le joueur lache le bouton une micro-seconde qui suffit à lui faire perdre définitivement la petite fille.

    Et bien sûr, chaque joueur tient plus ou moins longtemps mais finit toujours par perdre la petite fille. J’en ai entendu parler plusieurs fois avec à chaque fois une petite note de trauma dans la voix du joueur (mais bon, l’immersion justifie toutes les tortures).
    J’avais déjà trouvé ça intéressant comme contrainte de gameplay, content que quelqu’un en ait pu la développer.

  3. Maintenant que tu le dis, moi aussi je me souviens de ça.
    Il me semble que c’est ICO. Je n’ai pas eu l’occasion d’y jouer personnellement, mais en effet, j’ai entendu plusieurs témoignages là dessus, notamment celui d’Eric Viennot dans un podcast sur la narration dans le jeu vidéo.

  4. Eh ben voila, je savais que 2 mémoires valent mieux qu’une.

    Je me demande si on peut faire tout le jeu en scotchant le bouton de sa manette…

  5. scotcher la main d’une petite fille ? Tu n’as donc pas de coeur ?

  6. Fringale

    Très sympathique, et très difficile – un p’tit piment acidulé. La mécanique principale est finalement très fourbe : il faut garder le ballon rouge jusqu’à la fin (enfin, le plus loin possible), MAIS on doit le lâcher constamment pour avancer !

    En tout cas, mention spéciale au soin apporté à la finition du jeu : par exemple le salto du machin orange (ça me fait craquer à chaque fois), l’atténuation de la musique lorsque l’on s’éloigne du ballon (parce que lâcher le ballon, c’est mal), ou les décors qui évoluent progressivement. Pour un jeu fait en une semaine, wow.

    N’empêche, le ballon de foot dans [url=http://www.youtube.com/watch?v=qyG27hpsGDU]Marko’s Magic Football[/url], il pouvait se crever ou disparaître : et bien ça ne l’empêchait pas de revenir à chaque fois. Faudra qu’il donne des cours à son petit frère de baudruche dans 100th.

  7. Wow! Je ne connaissais pas Marko’s Magic Football, mais ça me tente bien, d’autant qu’Emunova en dit plutôt du bien http://www.emunova.net/veda/test/1407.htm
    Va falloir que je me le trouve! Peut-être pourrais-je l’acheter d’occase à l’éloquent commentateur qui a écrit « Ce jeu est une grosse daube ».

    Tiens par contre je n’avais pas remarqué l’aténuation de la musique dans 100th…c’est ça aussi de jouer au bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.