Microscopia

Microscopia (Browser)
Azurenimbus

 

 

L’intrigue de la majeure partie des jeux vidéo plaçant un unique personnage au centre de l’action pourrait se résumer par « l’avatar doit trouver quelque chose ». Microscopia prend cette loi à rebrousse poil puisqu’il s’agira ici pour le joueur de trouver l’avatar.

 

Non, il ne s’agit pas d’un simple jeu d’observation à la Où est Charlie ? mais de quelque chose de bien plus original puisque nous nous trouvons véritablement aux commandes de notre avatar, la difficulté résidant dans le fait que cet avatar, vraisemblablement une bactérie observée au microscope, ne se distingue en rien de la foule qui l’entoure.

 

 

Pour parvenir à identifier, puis à faire sortir par le trou central, cette bactérie que l’on incarne, il nous faudra observer comment chacun de ces micro-organismes réagit à nos sollicitations, nous envoyer des signes en somme, comme lorsque devant le miroir nous secouons la main pour s’assurer qu’il s’agit bien de nous, et non d’un individu nous ressemblant à s’y méprendre derrière une vitre.

 

Microscopia est sans doute un des jeux les plus innovants de cette Ludum Dare, mais il se distingue également par un level design exemplaire à la difficulté parfaitement croissante, par une interprétation du thème irréprochable (Tiny World), ainsi que par des graphismes minimalistes et des samples musicaux parfaitement adaptés. Un sans faute, quoi, ce qui est d’autant plus impressionnant quand on sait, à en croire l’auteur, qu’il s’agit de son tout premier jeu.

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Karoth

    Vraiment une belle expérience. Qui nous propose un éclaircissement sur notre perception, notre prototypage et notre catégorisation des choses. En attente de ses autres travaux.

Répondre à Karoth Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.