It is as if you were playing chess

it is as if you were playing chessIt is as if you were playing chess (Browser)
Pippin Barr

 

Les ordinateurs peuvent bien nous battre aux échecs, jamais ils ne pourront imiter le petit sourire narquois de celui qui vient de jouer un bon coup, l’ostentatoire décontraction du prétentieux qui croit la partie déjà gagnée, les longues hésitations du joueur qui sait ce qu’il va jouer, mais cherche à déstabiliser l’autre, les yeux fuyants sur l’échiquier de celui qui n’a aucune idée de ce qu’il fait.

Les ordinateurs peuvent bien nous battre aux échecs, nous serons toujours les meilleurs pour faire semblant, et nous allons le leur prouver !

← Previous post

Next post →

6 Comments

  1. eskivor

    ce jeu a t’il une fin ?

  2. Pier Kiroul

    J’y trouve aussi une belle critique de notre société d’apparences.

    Politiques qui parlent sans exprimer d’idées,
    Stars de la télé-réalité inconnues,
    Critiques qui n’ont pas vu/lu les œuvres…
    Joueurs d’échecs qui ne réfléchissent pas.

    L’essentiel étant d’avoir l’air de.

  3. Charles de Goal

    Ce serait plus marrant avec deux opposants en face à face, chacun suivant les indications de son ordinateur…

    • Pierrec

      ça ne semble pas difficile à mettre en place, avec deux jeux sur deux ordis.

Laisser un commentaire