Royals

royalsRoyals (Windows, Mac)
Asher Vollmer

 

Royals se présente comme un « simulateur de paysan optimiste », et il faut reconnaître qu’il en faut de l’optimisme et de l’ambition pour vouloir troquer sa ferme contre un château : le paysan que nous incarnons veut devenir roi/reine/royal, rien que ça. On pourrait d’abord penser que c’est une blague, un jeu impossible à la Peasant Simulator 2014, mais c’est oublier qu’Asher Vollmer est le créateur de Threes, jeu mobile au game design si parfait qu’il a été cent fois copié, que ses copies ont été 1000 fois copiées à leur tour, et qu’il a donné naissance à un nouveau sous-genre.

 

Lâchés sans plus d’instructions que « utilisez les flèches directionnelles, Z et X » il vous faudra tout apprendre par nous même, et il n’est pas assez d’une vie pour apprendre à devenir roi, encore moins d’une vie de paysan. Royals vous fera ainsi multiplier les échecs, et chacun d’entre eux viendra avec son lot de connaissance et de surprise.

 

La stratégie du pays errant saccageant tout sur son passage peut porter un moment ses fruits, mais une fois les armées du roi décimées, il faudra encore faire face aux révoltes paysannes. Celle du leader charismatique permettra de plonger le royaume dans l’anarchie, mais comment après régner sur ceux qui ne veulent ni dieu ni maître ? Reste alors celle du propriétaire terrien, du paysan qui s’imposera contremaître, puis nobliau, et qui donnera les ordres à ses serfs depuis son manoir, mais si l’argent peut acheter les terre et les armées, il n’en va pas de même des couronnes.

 

Peut-être ne deviendrez-vous jamais royaux, peut-être que cela ne coule pas dans vos veines et que ce genre de luxe n’est pas pour vous, mais vous ne pourrez pas dire que Royals ne vous a pas laissé de chances. S’il existe 100 façons de d’échouer, il en existe au moins autant de gagner.

4 commentaires sur “Royals

  1. dit :

    Ah, j’étais sûr que tu allais trouver ce jeu Pierrec !
    J’ai écrit un petit guide (en anglais et avec des coquilles) dans les commentaires de la page qui lui est consacrée sur jayisgames (voir l’adresse du site ci-dessus)

    1. Flap dit :

      Désolé pour le lien… En fait il fallait cliquer mon nom…

      Comme victoire, j’ai fait force de combat/bâtisseur, puis généraliste/expansionniste (j’ai conquis les bâtiments du monarque). Je pense qu’il est possible d’adopter une stratégie business man : ne jamais provoquer l’apparition d’armée jusqu’au renversement du pouvoir. Ça se fait en rachetant les bâtiments du monarque et en faisant des affaires.

      J’ai également fait une session intéressante d’explorateur : essayer d’explorer le plus de carte possible. J’ai tenu jusqu’à 56 ans, avec probablement 80% de la carte visitée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *