FROGGY

FroggyFROGGY (Browser)
AlienMelon

 

Production de masse, surpopulation et rentabilité à tout prix ont conduit le monde à sa perte. Privés de ressources, les humains ont progressivement sombré dans la folie et se livrent à des combats sans merci sur les autoroutes d’antan. Ce décor post-apocalyptique pourrait rappeler celui de Mad Max, à la différence qu’ici, le pétrole est encore abondant, trop abondant, et que les survivants sont bien décidés à le consommer jusqu’à la dernière goutte, fut-ce t-il en faisant exploser leur propre réservoir. Au milieu de tout ça, nous, nous sommes une grenouille, et nous avons les crocs.

 

Similaire à Monkey Fortunetell dans l’esprit, les graphismes et le personnage se trémoussant sur l’écran d’accueil, FROGGY dispose quant à lui d’un véritable gameplay : celui du Frogger, bien sûr, mais nettement amélioré. Ici, il ne s’agira pas de traverser une route, mais d’y survivre le plus longtemps possible, boulottant les papillons qui passent à notre portée. Le temps s’écoule aussi différemment puisqu’il est chevillé à nos propres déplacements, nous contraignant d’un côté à un mouvement perpétuel, mais autorisant d’un autre autant de pauses et de calculs que nécessaire.

 

Cet ajout rend sans doute le jeu plus facile, mais il le rend aussi paradoxalement plus intense. Coincés entre deux voitures, nous pourrons au ralenti voir notre mort venir, et nous débattre en vain contre ce funeste destin, ou alors, trop sûrs de nous, nous pourrons nous faire prendre au piège : les explosions, elles, ne sont pas au ralenti.

 

Nous ne sauverons pas le monde aujourd’hui, nous n’empêcherons pas les humains de s’autodétruire, ni la planète d’exploser avec eux, mais au moins, nous aurons bien mangé, et nous aurons un beau diplôme pour récompenser nos batraciennes compétences.

 

Via Konstantinos Dimopoulos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *