Perfect World

perfect worldPerfect World (Browser)
Ansh

 

La génération procédurale, c’est fini, le temps est à la dégénérescence progressive. On ne créée plus ex-nihilo, on fait plutôt tabula rasa, détruisant à coup de glitches tout ce qu’on avait construit, ou, dans le cas de Perfect World, écrit.

 

Le récit de Perfect World n’est pas très gai : ce twine traite de mal-être, de dégoût de soi, de scarification, de suicide peut-être, mais par l’intermédiaire du glitch, sa violence devient aussi graphique, et pour une fiction interactive c’est quelque chose d’assez surprenant.

 

Le texte se désagrègera ainsi en même temps que son narrateur, et le fin mot de l’histoire sera une bouillie d’erreurs entrelacées. Cette dégénération n’a rien de gratuit et participe au même titre que le texte qu’elle affecte à la narration de Perfect World Les caractères sont le corps, et leur sens l’esprit, le glitch n’est alors jamais que le résultat du conflit qui les oppose.

 

Via Lena Leray

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *