Mibibli’s Quest

Mibibli's QuestMibibli’s Quest (Windows, Mac)
Ryan Melmoth

 

Le genre run & gun a été tant exploité à travers les âges et les consoles que c’est à se demander comment il peut encore innover. En se mélangeant avec un autre genre ? En changeant de perspective ? Oui, mais alors ce ne serait plus vraiment un run & gun. Comment donc peut-il innover sans nier tous les codes qui le définissent ? Mibibli’s Quest a quelques réponses pour nous.

 

Mibibli’s Quest a tout du run & gun rétro traditionnel et pas de surprise: c’en est un. Mais tout avoir (le tir, les plate formes, les pixels, le système de vie, la difficulté…) ne le dispense pas d’avoir quelques petites choses en plus…et celles là sauront nous surprendre tout au long des quelques heures que dure le jeu.

 

Tout commence par le monde des arts, qui, comme un bon niveau de Rayman, fait déborder son thème sur le gameplay (rouleaux de peinture faisant apparaître des plates formes, ennemis nous capturant dans des polaroids…), puis vient le boss, et voilà que s’abat sur nous une avalanche de non-sens et de scènes coupées nous laissant croire à un bouquet final. En fait non : Mibibli’s Quest ne fait que commencer.

 

Le jeu propose trois difficultés : « Très facile », « facile » et « mibibli », ce qui pourrait se traduire en langage commun par « normal » , « difficile » et « ne choisissez pas ce mode si vous avez un travail, une famille et désirez tout de même découvrir toutes les surprises de Mibibli’s Quest ». Les manquer serait en effet bien dommage, car de tous les run & guns, Mibibli’s Quest pourrait bien être à la fois le plus riche et le plus dense en idées lumineuses.

 

Jouissif, absurde et cohérent à la fois, Mibibli navigue entre tradition et révolution. comme un RPG de Thecatamites, ou un épisode de FLCL.

 

Via Konstantinos Dimopoulos

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. Je n’ai malheureusement pu y consacrer qu’une petite vingtaine de minutes pour le moment mais… WAOUW. Ce jeu est absolument génialissime. J’en suis complètement époustouflé.

  2. cendrieR

    C’est bien foutu dis-donc. Je viens d’échouer à finir le niveau Rave, mais c’est bien pensé et assez consistent dans la difficulté.

    • Rave est clairement mon niveau favori. L’idée de coupler le gameplay d’un guitar hero à un platformer est juste géniale.

  3. Je l’ai fini et j’en ai chié, mais bordel qu’est-ce que c’était bon.

    Pour moi ce truc est absolument génial, j’en suis tombé amoureux, j’ai écrit un article qui explique pourquoi.
    http://uncoindepixel.ch/mibiblis-quest/

    Merci Oujevipo !

Laisser un commentaire