Four minutes and thirty-three seconds of uniqueness

Four minutes and thirty-three seconds of uniqueness (windows)
Petri Purho

 

Avez-vous déjà ressenti votre solitude, vraie solitude, pendant près de cinq minutes?

Je me doute que vous êtes seuls à ce moment précis, seul dans votre chambre, dans votre bureau, face à l’immensité de l’internet. Mais combien sont-ils à faire la même chose, dans leurs chambres, dans leurs bureaux, face à l’immensité de l’internet?

Lorsque vous marchez seul dans la rue, et vous mettez soudainement à fredonner Venus in furs, ne vous êtes vous jamais demandé si, au même moment, quelqu’un d’autre, ailleurs dans le monde, fredonnait la même chanson, au même tempo, avec les même fausses notes?

C’est pour cela sans doute qu’a été crée Four minutes and thirty-three seconds of uniqueness. Pour qu’au moins, une fois dans votre vie, vous soyez certains d’être seul au monde. Ou certain de ne pas l’être.

 

Ce jeu a été développé par Petri Purho (auteur entre autre de crayon physics deluxe) dans le cadre du Nordic Game Jam. Le thème de la compétition était : As long as we have each other, we’ll never run out of problems, soit tant que les autres seront là, nous n’arriverons jamais à court de problèmes.

Trois contraintes s’y ajoutaient :

-Le temps de jeu ne doit pas excéder 5 minutes.

-Développement/Piégé/Falsifié (un sous-thème au choix)

-Le jeu ne doit présenter aucune barrière de langage.

 

On peut observer que ces contraintes ont toutes été appliquées avec brio, et il n’y a aucun doute sur le sous-thème choisi : Four minutes and thirty-three seconds piège le joueur à sa propre solitude.

 

Les alternatives sont simples : Ou vous êtes le seul au monde à jouer à ce jeu pendant vos 4minutes 33 secondes, et vous gagnez. Ou quelqu’un d’autre lance le jeu pendant ce laps de temps, et vous perdez. Quoi qu’il en soit, vous serez fixés sur votre unicité, et pendant tout ce temps, vous aurez attendu la réponse avec anxiété.

 

Ce jeu pousse donc à s’interroger sur sa propre condition humaine et vous apportera une sensation que jamais vous n’aviez pu éprouver, oh, pas grand chose, seulement une certitude fugace, qui n’aura duré que 4 minutes et 33 secondes.

 

Le jeu interroge aussi le jeu-vidéo, dans on essence, tout comme le 4’33 » de Johan Cage, dont Four minutes and thirty-three seconds est inspiré et qui est par ailleurs la bande son, interrogeait la musique : Quelle est la condition minimale, nécessaire et suffisante pour être un jeu vidéo?

 

Enfin, et c’est ce qui a le plus de valeur à mes yeux, il vous interrogera vous :

Qu’espérez-vous donc en lançant ce jeu? Être le seul, ou partager ce moment avec un autre? Partager ses 4 minutes 33, est-ce vraiment perdre?

 

Si votre sentiment de solitude n’est pas encore assez marquant, ou si vous voulez connaître ces inconnus qui vous ravissent vos 4 minutes 33, vous pouvez aussi consulter la visualisation géographique crée par Jonathan Basseri.

Et si votre concentration sur le jeu ne vous a permis d’apprécier l’œuvre de John Cage, voici une deuxième chance.

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. Obi-Staf

    Le 5ème essai fut gagnant ! (sur fond de John Cage bien évidemment)
    En effet, que de question qui se soulèvent pendant ce court laps de temps. Où est-il celui qui m’a fait perdre ? Suis-je vraiment le seul ? Se fout-on de moi ? L’Autre, est-il suffisamment bon pour me laisser gagner ? Puis la délivrance, enfin sorti de cet état de transe et d’excitation, où l’on se surprend à murmurer des mots inutiles à l’encontre de l’autre. Mais je sais que je reviendrai (dès ce soir ? d’ici quelques minutes ?), attendre l’autre (en sifflant I’m waiting for the man) et s’il n’arrive pas … commencer à redouter son arrivée.
    Encore merci pour les petits sauts que tu fais vers tes anciens articles, cela fait toujours plaisir, je me dis souvent qu’il faudra qu’un jour que je les lise tous … mais suis-je le seul à dire ça ? 😉

  2. Celui là, je ne me lasserais jamais de le refaire découvrir! ça m’étonne par contre qu’il y ait encore tant de gens qui y jouent encore (assez pour te faire perdre 4 fois de suite)

    Il doit y avoir quelque part, sur cette planète, des mecs qui quand ils s’ennuient, plutôt que de regarder des videos de chat sur youtube, se disent « tiens, si j’allais faire perdre quelqu’un à 4,33 of uniqueness? »

    Ces mecs là ont tout mon respect.

  3. Liligane

    Je viens de découvrir ce site et du coup ce « jeu ». Ils sont tous les deux des pépites d’or. Un grand merci pour m’avoir fait découvrir four minutes, thirty-three seconds of uniqueness et un grand bravo pour la qualité de vos articles. ^^

  4. Merci beaucoup 🙂

  5. MaximeElbac

    J’ai eu un frisson lorsque j’ai lu, dans les informations du jeu, que celui-ci s’était fermé car quelqu’un d’autre y « jouait » en même temps que moi.


    Mais alors POURQUOI je trouve jamais PERSONNE sur les serveurs de tous ces divers jeux multijoueurs, alors que je trouve quelqu’un regardant le même temps de chargement que moi en moins d’une minute ?!! 😀

Laisser un commentaire