Push the Button! – Gain a Level!

 

Push the Button ! – Gain a Level ! (Browser [Unity])
Matthias Zarzecki

 

Un nouveau record mondial vient d’être battu !

Après la Ludum Dare #21 qui avait réussi à passer la barre des 10jx/h (jeux par heure).

Après La Global Game Jam 2011 qui avait comptabilisée une moyenne de 32jx/h.

Après Le Klik of the Month Klub #50 qui détenait jusqu’à aujourd’hui la médaille d’or avec 34jx/h.

Voilà qu’une nouvelle compétition vient toutes les enterrer avec très exactement ERRORjx/h !

 

Il s’agit de la 0h game jam. Une compétition ayant permis la création de 64 jeux en 0h. Pas 59 minutes, pas 30 secondes, zéro heure, zéro minutes, zéro secondes. Mais par quel prodige ? demanderez-vous. Eh bien grâce à un petit malin au nom de tortue qui a suggéré en 1784 qu’on pourrait bouleverser la vie de la population deux fois par an pour économiser de l’énergie, alors que bon, l’ampoule électrique n’avait même pas encore été inventée.

Personnellement, cela fait deux décennies que je passe deux journées par an à me creuser la tête pour comprendre ces histoires d’« avancer d’une heure » et de « reculer d’une heure » et je crois pour la première fois en avoir saisi l’utilité : faire des jeux en 0 heure, le 30 Octobre entre 2h et 2h du matin.

Push The Button ! – Gain a Level ! Est le premier de ces jeux auquel je me suis frotté, et c’est déjà un coup de cœur.

 

 

« Push the button, gain a level » (presse le bouton, gagne un niveau) est une phrase parfois employée pour critiquer l’aspect trop casual de certains jeux, en particulier des jeux qui, par leur genre, ne sont pas supposés être casuals (RPG, FPS…). Ce jeu-ci ne critique pas, il se moque, en réduisant le genre RPG à un unique élément de Game Design : la progression.

 

La progression est un des éléments caractéristiques du RPG, elle se manifeste sous deux formes : d’une part la progression du joueur à travers un système d’expérience et de niveaux, d’autre part, la progression de la difficulté, ces deux formes étant conjointement liées.

C’est ce seul aspect que l’on retrouve dans Push the Button ! – Gain a Level !. Comme le titre l’indique, il suffit de cliquer sur le bouton pour monter des niveaux, mais plus votre niveau sera haut, plus le nombre de clics nécessaire pour passer au niveau suivant sera élevé, la difficulté augmente donc de manière régulière et croissante, au point où Push the Button!- Gain a Level ! est sans doute le jeu avec la courbe de difficulté la plus lisse de l’histoire du jeu vidéo.

 

Afin de rendre le jeu moins ennuyeux, des noms souvent amusants sont attribués aux quêtes de chaque niveau (tuer dix rats, remplir une déclaration d’impôts…) et une musique épique vous galvanisera tandis que vous vous évertuerez à détruire le bouton gauche de votre souris. Il est certes dommage que les noms des quêtes se répètent et que l’auteur n’ait pas trouvé le temps d’attribuer une quête pour chaque niveau, mais pour un jeu réalisé en 0 heure, on ne peut guère s’attendre à plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *