You have to burn the rope

You have to burn the rope (Browser)
Kian Bashiri

Encore un méta-jeu, réalisé par le suédois Kian Bashiri (à qui l’on doit aussi Metro rules of conduct). Je ne vous ferais pas l’affront d’expliquer You have to burn the rope, tant le titre est explicite, mais rien ne nous empêche de nous asseoir là et d’en discuter un peu. Allez donc tester ce jeu et revenez par ici, que je ne spoile pas votre plaisir.

Ça y est?

Alors?

C’est con hein?

C’est très très con.

Et pourtant…

 

Comment expliquer que ce jeu ait été nominé au Independant game festival 2009 innovation, qu’il ait connu un énorme buzz sur le web (1 million de visite les 3 mois après sa sortie), et qu’il ait été enrichi par de nombreux fans par une nouvelle,un comics, une adaptation DS, une autre 8bit, une autre Little big planet, et bien d’autres productions encore?

On peut l’expliquer par 10 raisons :

 

1- C’est drôle, c’est très très drôle. Un humour absurde digne d’un Ionesco sous LSD.

 

2- C’est facile. Après s’être humilié tant de fois à chercher la soluce de son escape room pour découvrir qu’il suffisait de crever la chambre à air avec le couteau pour trouver la clé du coffret contenant la fameuse paire de jumelle dont il n’a aucune idée de quoi en foutre, le joueur lambda peut enfin éprouver la satisfaction du travail bien accompli en torchant ce jeu en moins d’une minute. (Il y a de la private joke dans l’air)

 

3- La musique du générique de fin vous reste dans la tête ad vitam, et vous ne vous ferez pas prier pour « press refresh and start again » rien que pour l’entendre à nouveau et en apprendre toutes les paroles (alors que vous pouviez simplement l’entendre en boucle ici )


4- Les graphismes vous rendent nostalgiques de votre bonne vielle Atari, ou si vous êtes plus jeunes, des jeux complets offerts dans vos premiers magazines de jeux vidéos.

 

5- Le héros a quand même un chouette chapeau.

 

6- Mine de rien ce jeu fait réfléchir. On peut y voir une critique des jeux vidéos actuels (et plus anciens) sans aucune recherche d’originalité, qui vous font croire, par le biais d’une magnifique 3D à une liberté d’action totale, alors qu’ils ne sont pas moins linéaires qu’un bête couloir. (Vous avez essayé le dernier Tomb raider? Et celui d’avant? Et celui d’avant?)

 

7- Critique aussi d’autres ronflants du jeu vidéo, l’obsolescence des armes par exemple. Avec ses hachettes inutiles, notre héros me fait penser à un Link qui vient de trouver une épée et qui découvre avec stupeur que les méchants dorénavant ne pourront être éliminé qu’au grappin, qui trouve enfin le grappin, et ne rencontre plus que des ennemis que seul le baton de feu pourra détruire etc…sans parler d’une Navi qui lui soufflera toutes ces informations parce qu’il est trop stupide pour le comprendre tout seul.

 

8 – C’est la première fois que vous lisez les crédits d’un jeu vidéo jusqu’au bout.

 

9 – Ce jeu est unique. Et son auteur a été assez malin pour ne pas tout gâcher en surfant sur sa popularité pour créer des innombrables suites, voire des versions payantes, malgré les propositions (même des avec des vrais morceaux de dollars dedans) qu’il a reçues. Il a en revanche laissé la possibilité à tous ses fans d’honorer le jeu comme il leur semblait (voir plus haut), et ça c’est intelligent.

 

10- Mince, cette musique reste VRAIMENT dans la tête.

 

Voilà, j’espère que je n’ai rien oublié. N’hésitez pas à me faire part de toutes VOS raisons qui vous ont mené à adorer YHTBTR.

5 commentaires sur “You have to burn the rope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *