Stray Whisker

Stray Whiskers (Windows)
Jigxor (Andrew Sum)

 

Il y a deux types de joueur de Stray Whiskers. Il y a les joueurs traditionnels, qui vont tout faire pour finir le jeu efficacement, fonçant vers la droite, évitant les obstacles et ne portant que peu d’attention à ce qu’ils croisent sur leur route. Ceux-là joueront à un platformer tout à fait correct pour un jeu réalisé en 48h, mais qui manque un peu de challenge, qui est un peu ennuyeux.

Et puis il y a les chats.

 

 

Les chats ne se comportent pas comme des plombiers italiens, mais par définition comme des chats. Ils sont certes attachés à leur maîtres et seraient, qui sait, prêts à braver quelques petits dangers pour les retrouver, mais ils sont surtout joueurs, égoïstes, chamailleurs, insouciants, bornés, un peu cons et…mignons. Les chats, jouant à Stray Whiskers, y retrouveront beaucoup des plaisirs de leur quotidien : jouer à la balle, détruire des pots en terre cuite en sautant sur le rebord des fenêtres, faire tourner les gros chiens en bourrique, courir sur les toits…bref, il passeront un bon moment. Aussi, si je n’ai qu’un seul conseil à donner, ce serait : soyez un chat.

 

Le côté platformer de Stray Whiskers n’a rien de très gratifiant : il suffira généralement de courir vers la droite et sauter de temps en temps pour arriver à la première fin du jeu. Mais pour les joueurs joueurs (non, ce n’est pas une coquille), l’exercice s’avère beaucoup plus intéressant car ceux-là sauront eux-même se fixer un challenge : ramener la balle, coûte que coûte.

Et ils vont en suer !

 

Stray Whiskers est jusqu’à présent le jeu de la Ludum Dare qui m’a mis de meilleure humeur, une pause dans cette folie vidéo-ludique, un jeu où l’on prend du plaisir à prendre le temps de ne rien faire d’important.

4 commentaires sur “Stray Whisker

  1. wuthrer dit :

    J’ai adoré celui-ci. Juste un peu déçu de la fin (la classique) et de l’ambiance sonore générale. Mais vu le temps à disposition, j’trouve déjà ça monstrueusement classe.

    Effectivement, faire tomber les pots des bords des fenêtre c’est inutile donc indispensable 😀

  2. ikikili dit :

    C’est drôle, visuellement cela me fait penser à la vision de Paris que l’on retrouve dans certains films, ces couleurs pastel, la forme des batiments … Et je je me demande s’il n’a pas pensé (au moins un quart de seconde) aux aristochats en faisant son jeu…

    Sinon saloperie de chien qui empêche de ramener la balle et de débloquer la seconde fin. comment on fait?

  3. admin dit :

    Tu as tapé en plein dans le mille : je me suis amusé à regarder la timelapse de Stray whiskers, et il s’avère qu’Andrew Sum fait vers la deuxième minute quelques recherches d’image pour « french street »

    Pour ce qui est du chien il faut essayer de faire rebondie la balle sur le mur afin qu’elle tombe sur le perron de la porte, mais c’est difficile

    Edit : la timelapse :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *