Villainious

Villainous (Browser)
Cellar Door games

 

Lorsque j’ai vu Villainous pour la première fois, je me suis dit « Oh non, encore un tower defence! ». Je n’ai pas d’animosité particulière avec ce sous-genre, et il m’arrive moi aussi de passer mon après midi à placer de petites tours sur une carte pour protéger mon château, mais il faut reconnaître que ce n’est pas le sous-genre qui fait le plus preuve d’innovation, d’ailleurs, le seul fait qu’il possède un nom de sous-genre le prouve.

Si j’ai pu prendre Villainous pour un tower defence, c’est qu’il en a, de l’extérieur, tous les attributs : Un environnement d’heroic fantasy, une police d’écriture de vieux parchemin, un écran carte, un écran d’upgrade, un écran de jeu, des tours, des vagues…ah, et il est sur Kongregate. Bref, à première vue rien d’enthousiasmant.

 

Mais :

 

 

 

Ce n’est qu’en suivant attentivement le tutoriel que je comprends qu’il est tout le contraire d’un tower defence. Dans Villainous, on ne joue pas un gentil sorcier chargé de défendre la ville, mais un vilain sorcier chargé de l’annexer. Par conséquent, il ne s’agit plus de placer des tours sur la carte et de regarder passer les gobelins, mais de bâtir une armée capable de se faufiler entre ces tours.

Le retournement est facile, « Tiens, et si pour une fois on incarnait les méchants ? », ce procédé a déjà été vu et revu, mais dans le cadre d’un tower defence, je crois bien que c’est ma première fois.

Pour cette idée originale, je suis donc prêt à essayer.

Le tutoriel n’est finalement pas mensonger, on incarne bien les vilains dans Villainous. Votre principale fonction et de déterminer les éléments de votre petite armée et de les mettre dans le bon ordre. On ne sera certes pas dépaysé par les troupes disponibles : gobelins qui pillent, golem qui encaissent, mages qui soignent…mais il y a quand même quelque chose de très amusant dans le fait de se construire une petite armée, et de la voir diminuer vague par vague. C’est pourtant aussi ce qui pose un problème de cohérence : Dans un tower defence traditionnel, les vagues successives sont de plus en plus violentes, alors qu’ici, elles seront de plus en plus faiblardes. J’imagine que c’était la seule solution pour créer un challenge.

 

Mais :

 

Ce qui me chiffonne est d’une toute autre origine.

Alors que je suis supposé jouer à l’exact opposé d’un jeu de tower defence…une impression bizarre grossit en moi, quelque chose de familier, et pourtant inattendu …J’y suis : C’est l’impression de jouer à un jeu de tower defence!

Malgré sa tentative de prendre le genre à contrepied, Villainous ne parvient pas à s’en extirper. On retrouve la même assommante course à la mana, les mêmes upgrades dont on a du mal à voir l’efficacité, et, passé quelques niveaux, la même lassitude croissante.

Je ne crois pas pour autant que les développeurs de Cellar Door Games aient manqué leur coup. Si j’attendais de leur jeu autre chose qu’un tower defence, je suppose qu’eux visaient directement le public du tower defence.

Le jeu par conséquent n’a rien de mauvais. Juste il ne me plait pas, voilà.

 

Tower defence, tower defence, tower defence.

4 commentaires sur “Villainious

  1. fix dit :

    « defence » ou « defense » ?

    A moins que « de-fence » ne signifie « dé-barriérer »…

    (tu peux supprimer le com’ si tu décide de changer d’orthographe »

  2. admin dit :

    Defence, je confirme, je parles l’anglais british moi monsieur. 😉
    (Par contre je viens de remarquer que j’ai utilisé defense une fois, je vais corriger.)

  3. fix dit :

    Faites excuse, je découvre à l’instant que les anglais US écrivent « pajamas » au lieu de « pyjamas », comme les anglais UK (et nous).
    Du coup je peux comprendre qu’on se mette de leur côté.

    En tout cas ça fera un argument pour ceux qui trouvent que l’anglais est la solution universelle. Une langue qui fait des faux-amis toute seule n’a même plus besoin des autres langues… 😆

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *