A small talk at the back of beyond

A small talk at the back of beyond (Browser)
Scriptwelder

 

 

Se réveiller amnésique dans une pièce close, voilà quelque chose qui nous est familier, et pour cause : c’est la situation initiale de la quasi-totalité des escape rooms. A small talk at the back of beyond en est un à sa manière, dans le sens où il nécessite lui aussi un bon sens de l’observation et de la déduction, mais contrairement à ses confrère, celui-ci ne se joue pas à la souris…mais au clavier.

 

 

Non, il ne s’agit pas d’un procédé révolutionnaire (et inutile) permettant de déplacer le curseur à l’aide des flèches directionnelles, mais de pur dialogues, à écrire soi-même. Quand l’escape room traditionnel est dérivé du jeu d’aventure point & click, A small talk at the back of beyond plonge donc ses racines plus loin encore, dans le jeu d’aventure textuel.

 

Le jeu a les même faiblesses que les jeux de ce genre oublié, à savoir un champ d’action assez limité (difficile de prévoir toutes les demandes étranges du joueur), mais il parvient à rendre ses faiblesses naturelles en nous faisant nous entretenir…avec un ordinateur. Les lacunes deviennent donc réaliste, tout en rendant la conversation encore plus frustrante.

 

Mieux : A small talk at the back of beyond joue de ces lacunes, en en faisant l’élément central de son propos, mais ça, vous allez devoir le découvrir par vous même.

 

 

 

Merci à Zacharia Depré pour la suggestion et pardon si j’écorche son nom (il n’avait qu’à l’écrire convenablement sur Twitter aussi!)

8 commentaires sur “A small talk at the back of beyond

  1. flap dit :

    « Le jeu a les même faiblesses que les jeux de ce genre oublié (…) »

    Genre oublié. Pas tant que ça… l'[url=http://ifdb.tads.org]interactive fiction database[/url] recense tout de même 314 jeux créés en 2012. Ce n’est pas si mal.

  2. dit :



    [SPOILER ALERT]

    Sympathique petit jeu, malheureusement, l’AI m’a révélé la vérité alors que je n’avais encore trouvé que 2 élément étranges, « elle » a considéré m’avoir déjà dit des chose que j’avais pas lu.
    De plus, je ne sais pas si c’est lié au bug, mais finalement le choix de la fin ne m’a pas paru si « conséquent » que le jeu laissait entendre qu’il devait être.
    Donc quelques petits défauts mais ça reste un jeu sympathique avec en effet un dialogue qui reste crédible.

  3. J’ai adoré l’idée de gamemplay, scriptwelder est vraiment un programmeur à suivre !

    [SPOILER ALERT] Après, j’ai trouvé le scénario un peu bancal.Tu es enfermé suite à une guerre nucléaire. Tu trouves ça pas crédible ? Normal, en réalité, tu es un voyageur spatial condamné !

  4. EdwardGreysky dit :

    Ce qui est dommage c’est qu’il y ait plus de deux éléments à découvrir (J’en ai découvert au moins trois en relançant la partie) mais que le jeu s’arrête dès lors qu’on en a deux.

    Sinon, une utilisation très intéressante de l’interface textuelle que j’aimerais beaucoup retrouver dans un jeu plus long.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *