Feign

Feign (browser)
Ian Snyder

Avec l’Oujevipo, on est super potes. Je lui donne fréquemment à manger des jeux originaux, en essayant de varier les genre pour qu’il ait une alimentation saine et équilibrée, et lui en échange me permet de passer tout mon temps à jouer sans culpabiliser (je joue pas, c’est pour le blog!) tout en flattant un petit peu mon égo quand je le vois, grand de ses neufs mois.

Parfois pourtant on se dispute, comme lorsqu’il me renvoie en une demi-journée une centaine de mails de spambots (tiens, comme ça au passage vous saurez pourquoi la page contact a disparue), et qu’après l’avoir maltraité un peu à coup d’extensions sans même les tester au préalable en local (oui je sais…) il bannit ma propre ip.

Mais ça finit toujours par s’arranger : ce n’est pas sa faute si l’Internet est méchant, et ce n’est pas la mienne si je suis une bille en informatique.

 

Parfois aussi on se lance dans de grands débats, à propos des jeux en général :

-Ce jeu est à chier, je le déteste!

-Mais non il est très bien, et tout à fait dans mon esprit (c’est l’Oujevipo qui parle là…), c’est juste qu’il n’est pas adapté pour toi.

-Bah justement! L’idée c’est quand même que je parle de jeux qui me plaisent.

-Au début oui, peut-être, mais tu n’es plus tout seul. Tu dois aussi parler des jeux qui ME plaisent, et qui sont susceptibles de plaire aux lecteurs.

-M’en fous des lecteurs!

-Rhôooo. Fais-pas ton boudin. Et puis regarde, c’est bête : tu avais presque l’exclu sur ce jeu là, tu n’as pas voulu en parler, et voilà qu’il est maintenant sur tous les (bons) sites de jeu que tu fréquentes. Il plait aux gens, et il est expérimental, c’est déjà assez rare. Qu’est-ce que tu veux de plus?

Déjà j’aimerais bien qu’il arrête de me parler comme à un gamin. Bon, évidemment, ça je lui ai pas dit, j’avais pas envie que ça finisse encore en baston. Alors pour lui faire plaisir, je vais parler de Feign.

Alors Feign est un jeu dans lequel vous devez retrouver 9 silhouettes dispersées dans un labyrinthe bichromique, qui fait mal aux yeux et qui est…bon, j’admets…plutôt joli.

Les trames appliquées sur le gris-bleu et le noir ajoutées à l’absence d’ombre empêche d’évaluer la moindre distance et donnent naissance à des effets surprenants. Ce qu’on croyait être un mur est en fait un angle, ce qu’on prenait pour une fenêtre se transforme en porte au loin…

L’architecture se voie bafouée dans ses règles les plus élémentaires : Escher n’aurait rien trouvé à redire à ces couloirs tournant en rond pour finalement déboucher sur une nouvelle pièce, à ces bâtiments si petits de l’extérieur, et si grands à l’intérieur, à ces illusions d’optiques en raffales.

Si l’on rajoute à cela la musique électronique de Brother Android (avec un nom pareil, on ne pouvait pas s’attendre à du Rockabilly) , on obtient une ambiance surnaturelle et captivante, le coin idéal pour perdre son temps et son esprit.

-Eh ben alors? On dirait que ça t’a plu finalement?

Non ça ne m’a pas plus. Feign m’a complètement paumé, et je déteste être paumé dans les jeux vidéos. Je n’ai pas besoin d’effets d’optiques ou de labyrinthe, je me perd déjà tout seul comme un grand dans tous les jeux en 3D, je tourne en rond pendant des heures, je reviens sur mes pas sans m’en rendre compte. Même dans la vraie vie, je ne suis même pas foutu de retrouver le chemin de mon école si on me met sur une route parallèle à celle que je connais, je crois que je me rapproche, et toujours je m’éloigne, alors non : me perdre pour le plaisir, très peu pour moi.

L’Oujevipo a eu ce qu’il voulait, j’espère que ça valait le coup, que Feign va vous plaire et qu’on va pouvoir me greffer un sens de l’orientation d’ici quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *