This hole in my chest

This hole in my chest (Browser)
Alberto

 

Un·e ami·e d’Alberto lui a dit un jour qu’iel ressentait comme un trou, un vide dans sa poitrine.
Alors Alberto a fait un jeu pour lui redonner le sourire.
Il est gentil Alberto.
Et son jeu aussi.

 

Qu’est-ce qu’un jeu gentil ? Alberto a tenté de l’expliquer dans un manifeste : c’est un jeu qui ne s’embarrasse pas de conditions de victoires ou de défaites, qui est rempli de petites décisions sans importance qui n’affectent pas le jeu à grande échelle, un jeu qui laisse ses joueurs l’adapter, casser des choses, changer des règles, un jeu qui, comme un livre, permet de sauter des pages, et même de le refermer sans le finir, un jeu où chaque interaction est aussi importante que chaque mot d’un poème. Un jeu avec des situations agréables, des personnages aimables, des interactions charmantes. Un jeu qui rend la vie plus belle.

 

This hole in my chest ne coche peut-être pas toutes les cases de ce manifeste, mais il en coche bien assez pour, le temps de quelques minutes au moins, emplâtrer les soucis, rafistoler les cœurs et colmater les poitrines

← Previous post

Next post →

5 Comments

  1. Un·e ami·e d’Alberto lui a dit un jour qu’iel ?

    De plus en plus absurde cette écriture… http://p0.storage.canalblog.com/09/38/431167/35976299.jpg

    • Pierrec

      Je ne connais pas le genre de l’ami·e en question, j’utilise donc ce pronom neutre bien pratique.

      • Rag'd

        Si on ne s’obnubile pas du genre, amha on peut se contenter d’écrire : Un ami d’Alberto lui a dit un jour qu’il ressentait comme un trou, un vide dans sa poitrine. Ça évite d’inventer une écriture alternative.

        • Pierrec

          bah oui
          On peut se limiter à 100 mots de vocabulaire aussi hein, tant qu’on se comprend.

          • On disait 300 avant. Tout se perd, mdr ! En fait, il en faut sans doute 600…
            Mais, ce n’est pas une question de vocabulaire, mais la discussion du sexe des gens jusqu’à l’absurde.
            Donc pour vous faire plaisir, on peut écrire un truc du genre :
            Un ami – ou une amie ? – d’Alberto lui a dit un jour qu’il ressentait…
            Cela nous épargne cette écriture acnéique et cet étrange pronom.
            Mais, en fait, ça m’est égal, cette mode passera, en premier lieu à cause de sa laideur 🙂

Laisser un commentaire