Danse macabre

Danse Macabre (Browser, Windows)
Barry Atkins

 

 

« …Enfin, une fois le cercle de sang de huppe tracé selon le rite, Duncan prononça l’incantation. Dans quelques instants le squelettes de sa belle-mère s’animerait et se mettrait à danser sur un rythme endiablé (au premier sens du terme). Il tiendrait alors sa vengeance : Lui, qu’elle avait forcé dès son plus jeune âge à suivre des cours de danse classique et qu’elle avait habillé en tutu le jour de la fête de l’écoule, la regarderait bientôt se trémousser avec délectation.

-Danse, mère! Danse ! Et que la lune soit témoin de tes pitoyables entrechats! –

Mais le corps de la vieille n’était plus tout frais, et repus de la chair, les vers s’étaient chargés de dévorer ses cartilages en dessert.

A l’instant où le charme devait opérer, un tibia se décrocha pour valser seul sur la mousse humide. Puis ce fut le tour de l’humerus, des carpes et métacarpes, du calcaneum et du malibrium, des clavicules et des mandibules. Enfin le crâne se décrocha pour exécuter un cha-cha.

Affolé, Duncan tentait de recoller les morceaux, de redonner corps à celle qui aussi le nourrit. Mais il était dépassé par son propre sortilège. Que d’os! Que d’os! Que d’os! »

 

Garth Marenghi, Death Tango.

 

Danse Macabre tient son nom du poème symphonique de Camille Saint-Saëns. Un hommage ambitieux qui n’aurait pas supporté la médiocrité. Il ne la supporte pas et Camille Saint-Saëns se retourne dans sa tombe de ne pas capter le 3G là dessous.

 

 

Jeu de l’Experimental Gameplay Project de Février, Danse Macabre évite les écueils que le thème « Inanimate » aurait pu engendrer, et plutôt que d’inanimer l’animer, il anime l’inanimé.

Un squelette, déçu sans doute de n’avoir de son vivant assez valsé, se démantelle de lui-même pour une dernière danse.

Vous, trouble-fête post-mortem, devez l’en empêcher. Repose en paix, c’est un ordre!

 

Danse Macabre nécessite d’être joué dans le noir, et de monter le volume. Sa mécanique de click and drag pourtant sommaire parvient à devenir immersive grâce à la musique et à l’ambiance générale du jeu. En maintenant le squelette en place, on accumule bien évidemment des points, mais au fond, si l’on s’obstine, c’est uniquement car on voudrait entendre ce morceau jusqu’au bout.

Mauvaise nouvelle : il dure 7 minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *