Ufo on Tape

Ufo on Tape (Windows)
Nicolai Troshinsky

 

 

40 soumissions pour l’Experimental Gameplay Project du mois d’Août, et je ne peux même pas en essayer la moitié…Il va me falloir remédier rapidement à ce problème de carte graphique si je ne veux pas que la frustration tue l’Oujevipo à petit feu (d’ailleurs si quelqu’un sait comment changer une carte graphique, ou en trouver, quoi acheter…je suis preneur).

 

Quelques uns heureusement parviennent à passer entre les mailles du filet, et parmi eux: Ufo on tape qui me sauve un peu la mise.

 

 

Le thème de cette compétition était : Zéro button. Les développeurs ont donc du se concentrer sur les outils d’interactivité qui ne comportent pas de boutons : Souris (sans clic),Webcam et microphone. Ne possédant aucun de ces deux derniers, mes choix se sont encore plus restreints.

 

J’ai néanmoins pu observer qu’un genre de jeu prédominait au sein des 40 : Le Dodge and collect, consistant donc pour la plupart à déplacer le curseur sur l’écran et éviter des adversaires tout en collectant des boni. Je regrette que tant soient tombés dans ce gameplay si évident, mais n’ayant pas testé les jeux, je ne peux pas vraiment me permettre de critiquer.

 

Ufo on tape n’en fait pas partie. Son gameplay n’est pas beaucoup plus original ( garder une soucoupe volante à l’écran à l’aide de la souris) mais il se démarque des autres, et dans sa simplicité, bénéficie d’une réalisation très soignée.

 

Uot n’implique que quelques petits mouvements de souris, et dégage pourtant une grisante sensation de vitesse, tout se déroule comme si l’Ovni était filmé depuis un train ou depuis la fenêtre d’une voiture : des bâtiments et poteaux électriques défilent à l’écran à grande vitesse ne vous facilitant pas la tâche. Mais cette vitesse vous permet en contrepartie de filmer l’Ovni en travelling sans grand effort. C’est cette vitesse qui fait tout le fun du jeu : sans elle, il ne consisterait qu’à suivre un point à l’écran (génial…) mais particulièrement bien rendue au niveau du gameplay, elle rend l’expérience très réelle.

 

Pour ajouter à cela : les décors sont de qualité photographique (j’entends par là qu’ils sont des photographies…). Sur, je suppose, une photographie de ciel agrandie, défilent les autres photographies, d’arbres, de bâtiment et même celle d’Ovni (qui sait…). Ce procédé est ingénieux, car plus immersif que des graphismes réalisé à la main à ou l’ordinateur, et plus jouable et modulable que s’il s’était agi d’une vraie capture vidéo.

Uot prouve ainsi qu’on peut réaliser un jeu extra sans aucun élément graphique (à l’exception des vols d’oiseaux peut-être) et pousse le concept jusqu’au menu constitué d’une seule photographie parfaitement appropriée.

 

La bande audio enfin est plutôt agréable, de la musique rétro-futuriste du menu aux bruitages riches et discrets du jeu.

 

Si Uot surprend, ce n’est finalement pas pour son gameplay à zéro boutons, mais pour son côté bricolage irrésistible. Pour son premier jeu, Nicolai Troshinsky frappe très fort. Son site au passage vaut vraiment le détour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *