Lost in the static

lost in the static screenshot

 

Lost in the static (Windows)
Silver Spaceship

 

ATTENTION : Ce jeu peut provoquer (voire provoque à coup sûr) maux de crânes, yeux qui piquent et nausée. A jouer avec une grande modération. (ce n’est pas une blague)

 

Gamin, j’aimais regarder la « neige » à la télé : j’y voyais une bataille épique entre les points noirs et les points blancs, ou encore un match de foot, et c’est bien le seul match de foot que j’ai pris plaisir à regarder.

Regardez donc cette capture d’écran, et dites moi ce que vous y voyez. Rien? Moi non plus.

Pour que le cerveau puisse interpréter quoi que ce soit dans cette saturation de points noirs et blancs, il faut lui donner au moins un peu de mouvement.

C’est cette observation sans doute qui a conduit à Lost in the static.

 

 

Ce jeu est une illusion d’optique, un tour de magie : Là où une capture d’écran ne saisit qu’une neige des plus banale, il vous fera voir un jeu de plateforme tout entioer, avec son heros, ses décors et des adversaires (un peu) variés.

Comment? Par le Mouvement.

Attribuez à la neige du décor un mouvement linéaire, au héros un mouvement plus lent, aux ennemis un mouvement rotatif…l’oeil fera le reste, un peu comme s’il s’habituait à l’obscurité, ou décryptait un stéréogramme.

 

Ce « trick » est clairement le seul intérêt du jeu (mais quel tour de force!), c’est pourquoi je vous déconseille de vous acharner comme je l’ai fait à finir Lost in the static. J’y ai gagné bien peu de satisfaction comparée à la nausée qui m’a poursuivi toute une heure. Sans parler du mal aux yeux.

Je suis certain que 3,4 niveaux vous suffiront amplement, je tiens à votre santé.

Un commentaire sur “Lost in the static

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *