Everybody edits

Everybody Edits (Browser)
Chris Benjaminsen

 

On se rappelle de CollabRL, qui permettait de créer participativement un monde en ASCII, de Playpen, qui de la même manière ouvrait la perspective d’un jeu d’aventure, de Makubesu pour le shoot’em’up, et on pensera évidemment à Minecraft pour ce qui est de créer un monde en 3D.

Après tout, alors que le 2.0, le participatif, a envahi tout les médias, ce serait bien un comble s’il ne s’appliquait aussi au jeu-vidéo.

 

Je n’avais pourtant encore jamais vu ce procédé participatif appliqué au jeu de plateforme. Il y a certes Transformice, et quelques autres jeux du même genre, mais les créations sont assez limitées, et soumises à un vote démocratique. Participatif, certes, mais encadré par la masse.

 

Everybody Edits est celui que j’attendais, un gameplay de plateformer doublé d’un éditeur en simultané, ce qui signifie que l’on peut créer le monde à la souris, tout en le visitant au clavier. Chaque salle étant ouverte à jusqu’à une quarantaine de joueurs.

 

 

Une quarantaine de joueurs qui éditent le même monde en même temps? Évidemment, ca créé un certain chaos. On bâtit des constructions obscènes, on piège les autres joueurs, on prend un malin plaisir à passer derrière eux pour détruire leur œuvre au fur et à mesure… « User degenerated », comme titrait Rock Paper Shotgun. Un monde d’affreux sagouins, oui…mais avec le sourire! Car les avatars sont tous des petits smileys joviaux. Alors comment leur en vouloir? Un autre vous enferme dans une cage dont vous n’avez pas la clef? Allons bon…il voulait seulement jouer avec vous. La bonne humeur, même hypocrite, est de rigueur sur Everybody Edits.

 

Si l’entropie vous effraye cependant, il existe également un très grand nombre de salles fermées, protégées par un mot de passe. Tout le monde peut y entrer, mais seuls les privilégiés peuvent l’éditer. Cela permet aux plus créatifs d’accoucher de mondes riches et cohérents, qui ne se limitent pas du tout au niveau de jeu de plateforme.

 

En effet…ces salles ont de quoi surprendre, et en bien, on pourra y trouver aussi bien de multiples minijeux rassemblés en une chambre, des jeux de course, grâce à flèches qui permettent de modifier la gravité, des jeux de guerre, avec les joueurs séparés en deux camps, des pac-man-like, grâce aux cellules qui annulent la gravité, des hôtels, des oeuvres pixel-art, ASCII et bien d’autres choses encore…

 

Everybody Edits, tout comme Minecraft par exemple, est rassurant et inquiétant à la fois. Rassurant car on se dit que la créativité est toujours là, que partout dans le monde, il y a des gens à qui il suffit de donner les bons outils pour qu’ils créent des choses formidables, droles, originales. Inquiétant, parce que ces gens là passent visiblement beaucoup trop de temps devant leur ordinateur.

2 commentaires sur “Everybody edits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *