Off

Off (Windows)
Mortis Ghost

 

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

L’avis, c’est que les jeux RPG Maker ne cassent jamais trois pattes à un canard unijambiste (et même Super Colombine Massacre RPG présenté ici ne l’avait été que pour les débats qu’il avait soulevé.)

Celui qui a manqué de rester imbécile, c’est moi.

Et l’élément provocateur, c’est Off, et par extension Nimls qui me l’a fait découvrir.

 

J’aimerais pouvoir dire : Off est un Fuliculi sombre, un Lynch brillant, un intrigant Kafka, un violent Punisher, une peinture Dada…

Mais ce serait mentir : D’abord parce qu’Off est un jeu vidéo (haha, bien feinté), ensuite, parce qu’Off ne ressemble à rien…ou plutôt…il est un condensé d’influence tellement dense et bien réalisé que rien n’en dépasse.

 

 

Rien à dire sur le gameplay : il n’est que le système de jeu par défaut de RPG Maker, à savoir un RPG aux combats tour par tour à la Final Fantasy.

Mais face à cette contrainte de gameplay bateau, mille fois utilisé puisqu’RPG Maker a eu ses heures de gloire, Mortis Ghost a du innover dans tous les autres domaines.

 

Il a du innover dans le scénario. Le héros : Le Batteur (de baseball, pas de batterie) est contrôlé par une entité supérieur qui n’est autre que vous-même. Il a pour mission de purifier le monde…à coup de batte.

Le grand défaut des jeux RPG Maker étant leurs scenarii à la mord-moi-le-noeud impliquant des princesses et des dragons, on salue l’effort de simplicité.

Bim dans la gueule âme impure!

-Et comment on sait qui est pur et impur?

-Bah c’est moi qui choisis.

-Aouais. Cool.

 

Mortis Ghost a du innover aussi dans l’ambiance sonore : proposant des musiques jazz entrainantes lors des combats, des bruitages perturbants en guise de voix, et une bande son globale de qualité d’Alias Conrad Coldwood (jetez une oreille sur son Myspace) sans laquelle Off perdrait beaucoup de sa singularité.

 

Mais la force de Off, c’est son ambiance, qu’il m’est bien difficile de retranscrire ici.

Tous les personnages de Off semblent dépressifs, que cela se manifeste par un certain cynisme, comme celui du juge, ou par de simples soupirs non retenus et des balbutiements gênés. Seul le batteur reste de marbre dans ce monde triste, il croit en un avenir où les âmes sont purifiées, et n’a pas de temps à accorder au vague à l’âme.

 

Le batteur sera rejoint par des singulier compagnon : Des Add-on, cercles de lumière qui le suivent, pareils à des auréoles géantes. Alliés fidèles, et muets.

 

Ces personnages évoluent dans un monde triste aux couleurs vives, boutant les spectres hors des mines de fumée (il faut bien respirer…) et des étables à métal (il faut bien marcher sur quelque chose) car il suffit de fendre une vache en deux dans le sens de la longueur pour en extraire les métaux précieux. En fait, les traditionnels élément air eau feu terre sont remplacés par fumée, métal, plastique et…? (surprise), les potions de vies par des billet de chance, les attaques «épée de feu » ou « soin» par des « balle courte avec courage » ou « cinquième base »…en fait…tout ce qui pouvait être remplacé l’a été…donnant naissance à un univers singulier, unique.

 

Maintenant je me souviens : Je sais ce que finalement Off m’évoque : C’est Planescape Torment, le meilleur RPG du monde (rien que ça).

Un univers créé de toute pièce et ne ressemblant à aucun autre, un ton à des années lumières de la plaque, des dialogues hautement prédominants, teintés d’un humour indéfinissable, et, même faiblesse : des combats inutiles, peu soignés (mais aux graphismes magnifiques), juste pour rappeler qu’on est dans un RPG, juste pour attirer à soi les moins portés sur l’innovation, comme les images attire les enfants les moins portés sur la lecture vers le livre.

 

On regrette finalement qu’Off soit tellement RPG : les énigmes sont parfois superflues, les combats rébarbatifs, on voudrait simplement explorer cet univers. Voir et parler. Mais il en faut pour tous les goûts, et sans cet important aspect RPG, Off n’aurait sûrement pas été primé meilleur jeu, meilleure originalité, meilleure immersion et meilleur personnage au Alex d’or 2009 (compétition RPG Maker francophone)

 

J’ai terminé mon stage aujourd’hui, et me retrouve donc seul avec mon pc sans carte graphique. Je ne pourrais donc pas continuer mon aventure sur Off…je dois m’arrêter ici…continuez sans moi…aaaarg…

 

Ps : au cas où je n’aurais pas été clair : Ce jeu est (selon mes critères évidemment) le meilleur RPG « traditionnel » du XXIème siècle (Planecape Torment était sorti en 99, se qualifiant ainsi in extremis au rang de meilleur du XXème)

9 commentaires sur “Off

  1. admin dit :

    Si l’article a été vendu, je serais bien curieux de savoir où est passé mon argent. 🙂 Off peut déplaire, mais il demeure un excellent jeu. Je suis tout à fait ouvert à discussion, mais je te demanderais à l’avenir, si tu repasses par ici, de modérer ton langage.

  2. Nimls dit :

    Soit dit-en passant Pierrec, tu critique les combats à répétition, mais est-ce que tu as vu que lorsque que tu fais attaquer, tu peux faire fuir après? Une fois que j’avais vu ca, je zappais dès que ca me gavait.

    Djidane78: Argumente. Je suis d’accord que ce n’est pas un jeu classique mais coté message/emmotion/métaphore, je le trouve tout simplement génial.

  3. admin dit :

    @Nimls : oui, j’avais aussi le truc, je fuyais à chaque fois. Mais c’est mon honneur qui en prenait un coup à chaque fois 🙂

    @Djidane : Comment peux-tu avoir le même commentaire à formuler sur Off et DS.ace, deux jeux qui n’ont strictement rien à voir ni dans leur démarche, ni dans leur réalisation ?

    Je tiens à te prévenir avant que tu n’aille troller plus loin :à priori, selon tes critères, tous les jeux présents sur ce site ne « valent même pas 2/5 »

  4. admin dit :

    ça me plait comme définition, et je suis sûr que ça plairait aussi à l’auteur. 🙂
    Je serais curieux de connaître les vrais bons jeux du coup.

  5. El kloklo dit :

    Je te remercie pour ton article, qui m’a fait tester off.
    Et en effet, c’est un jeu hors norme. En fait c’est ce que je recherche depuis longtemps, un jeu Kafkaien ou issu d’un roman de Boris Vian.
    Merci encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *