Tobias and the Dark Sceptres

 

Tobias and the Dark Sceptres (Windows)
Adam Butcher

 

 

Au premier coup d’œil, Tobias and the Dark Sceptres ne fait pas très envie. Il faut dire que ses graphismes tout comme son scénario (« Il faut sauver le monde du chaos ») nous feraient plutôt penser à un jeu de pré-ado du début des années 2000…ce qui lui donne tout son intérêt, c’est que ce n’est pas tout à fait faux.

 

 

 

Tobas and the Dark Sceptres est un projet dont le temps de développement n’a rien à envier à celui des plus grands AAA (voire à celui de Duke Nukem Forever) puisqu’il est de 13 ans ! En effet, Adamn Butcher a commencé ce jeu à 13 ans, et vient tout juste de le terminer, du haut de ses 27. On pourrait penser qu’un tel acharnement relève de la folie pure, et que l’idée ayant traversé la tête d’un gamin à peine pubère ne puisse pas, 13 ans plus tard, encore tenir la route, mais il suffit d’essayer Tobias and the Dark Sceptres pour changer aussitôt d’avis et déborder de reconnaissance.

 

Tobias and the Dark Sceptres n’est pas le jeu d’un enfant de 13 ans. Il dispose level design très intéressant, d’une difficulté bien dosée, fourmille de bonnes idées, et ne comprend pas toutes ces erreurs de débutants qui d’ordinaire irritent (bugs, hitbox ratées, commandes inutiles…)

 

Pourtant, Tobias and the Dark Sceptres n’est pas non plus l’œuvre d’un homme de 27 ans qui plus est en 2014. Il est emprunt d’une grande naïveté, ses dialogues sont faibles, son scénario on ne peut plus cliché, et ses graphismes proviennent clairement d’une autre époque, trop pixelisés pour la modernité, pas assez pour s’inscrire dans la mode rétro.

 

Tobias and the Dark Sceptres, c’est en somme un jeu d’enfant, avec l’expérience de l’adulte. Un peu comme si l’enfant avait dessiné, dicté, et que l’adulte avait programmé, corrigé, et ne s’était autorisé que de très rares suggestions pour que le jeu tienne debout. Mais ici, l’enfant et l’adulte sont la même personne, et les Adam Butcher de 14 à 26 ans sont aussi passés par là.

 

Tobias and the Dark Sceptres n’est peut-être pas un grand jeu, mais c’en est un parfaitement divertissant qui a de quoi nous accrocher pour un bon moment. L’évolution d’Adam Butcher durant ces 13 ans, on la retrouve un peu dans son jeu, et on a l’impression de mieux le connaître. Dans sa vidéo de présentation, Adam se dit évidement très heureux d’avoir mener ce projet à bien, mais ne recommande à personne un accouchement aussi long et difficile et fort de son expérience, donne aussi quelques très bons conseils afin de l’éviter.

 

 

Via Gamasutra

2 commentaires sur “Tobias and the Dark Sceptres

  1. fabien dit :

    Cette mise en scène de l’auteur de 14 et 27 est amusante. Mais Pierrec, as-tu eu le temps de finir le jeu pour vérifier si la réalisation du jeu gagnait effectivement en maturité a mesure que les niveaux progressent ?

  2. admin dit :

    Je ne suis pas allé jusqu’au bout, mais j’ai du faire la moitié à en croire la vidéo de l’auteur. C’est surtout du côté technique que j’ai vu de l’amélioration, avec notamment des boss fights de plus en plus intéressants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *