Slayin

Slayin (Browser)
Pixel Licker

 

Une des spécificités du RPG, ce sont ses maps. Par leur taille et leur richesse, celles-ci enfoncent généralement les maps de tous les autres genres. Il faut dire que l’essence même du RPG est basée sur l’exploration, la découverte de nouveaux territoires…du moins c’est ce que je pensais. Pixel Licker s’amuse (et nous amuse) à prouver que si on ne va pas à l’aventure, l’aventure viendra à nous.

 

Slayin, c’est un RPG dans une coquille de noix : on y combat des monstres, on en ramasse le butin, on accumule de l’expérience pour monter des niveaux, on renouvelle son équipement au magazin…mais on demeure toujours au même endroit, dans un espace d’une vingtaine de mètres et de quelques milliers de pixels à peine.

Je grossis un peu les traits car Slayin comporte plusieurs niveaux, et donc plusieurs décors différents, mais l’idée demeure tout de même de rester au même endroit à faire des allers-retours pendant que monstres, marchands ambulants, boss et trésors tombent tout cuit au bout de notre épée. Le sentiment d’enfermement étant renforcé par le format écrasé et la petite taille de la fenêtre de jeu.

 

[Edit : A noter que Slayin est ouvertement inspiré de Drancia. Merci à Jérom pour la remarque]

 

 

Pour réaliser ce coup d’éclat, Slayin a du piquer un peu de gameplay ducôté des platformers : le jeu est en 2D et on peut sauter par dessus les obstacles et les ennemis. Par contre, pas question de leur tomber sur la tête, c’est justement ça qui fait mal, il faut plutôt les dézinguer en utilisant les spécificités de chaque personnage.

Il y a le guerrier : sa spécificité à lui, c’est de sauter, et aussi d’avoir une grosse épée. Il s’agit donc de percuter les ennemis en tenant celle-ci droit devant soi.

Il y a le magicien : débloquable passé le niveau 15 ou 30 [Edit : en fait c’est 25], il n’a pas d’armes, mais peut se transformer en tornade avant d’être immunisé aux coups une demi-seconde et d’exterminer ses ennemis. Certes, ça a l’air un peu nul, mais des sorts achetés chez le marchand le rendront bien plus efficace. Comme dans tout RPG, le magicien se révèle le personnage le plus puissant, à condition qu’on sache l’utiliser. Tous les meilleurs scores enregistrés sur Slayin ont d’ailleurs été obtenus avec le magicien.

Enfin, il y a le roublard. Celui-ci est débloquable passé le niveau 50 et je préfère vous garder la surprise pour celui-ci (bon d’accord, je n’ai pas encore réussi à débloquer le roublard, mais j’y travaille).

 

Au final, Slayin, c’est juste une petite perle indé. Un de ces jeux auquel on va jouer juste une fois, certes, mais potentiellement pendant des heures. Un de ceux qu’on va un peu oublier, puis qu’on va retrouver dans quelques mois pour une poignée de nouvelles parties. Un de ces jeux qui vous donne envie d’en refaire une petite dernière plutôt que de conclure votre article.

8 commentaires sur “Slayin

  1. admin dit :

    Pour le magicien, j’étais dans la bonne fourchette ^^

    Par contre, je m’en veux de pas m’être souvenu de ce jeu de Skipmore auquel j’avais en effet joué. La filiation est en effet plus qu’évidente et après vérification, Skipmore se trouve bien dans les remerciements, ce qui est juste et bon.

    Ca me fait plaisir au final de ne rien avoir à reprocher à Pixel Licker : ils ont adapté un prototype existant en le rendant plus fun sans oublier d’en saluer l’auteur initial.
    Aaah, si tous pouvaient être comme ça…

  2. Une question, au-delà du dragon, y a-t-il encore des boss ?

    Pour le roublard :

    [quote]Enfin, il y a le roublard. Celui-ci est débloquable passé le niveau 50 et je préfère vous garder la surprise pour celui-ci (bon d’accord, je n’ai pas encore réussi à débloquer le roublard, mais j’y travaille).[/quote]

    Il peut sauter comme le guerrier, possède deux dagues (l’une devant, l’autre derrière) et est sensé pouvoir ramasser plus d’or que ses camarades…

  3. Nimls dit :

    J’ai réussi a débloquer le roublard aussi, et je ne le trouve pas très transcendant, la dague derrière étant plus de la déco.
    Mon personnage préferé reste le guerrier, le mage est trop dur a utiliser pour moi.

  4. Pierrec, tu joues avec qui ? Le magicien ? Si oui, ce n’est pas forcément le meilleur pour débuter (selon moi… d’ailleurs, avec celui-ci, je ne dépasse pas le niveau 2 !…)
    Le guerrier est pas mal (quand on est une quiche comme moi aux jeux vidéos !): achète l’épée longue dès le deuxième niveau, et, à partir du troisième niveau, dépense ton or en armure et en poulets : ce qui te permettra d’encaisser plus facilement les coups et de jouer bourrin avec (l’homme plante et) l’oiseau géant.

    ps et hs : tu as lu mes réponses à ton commentaire sur les aveugles de Jéricho ?

  5. admin dit :

    Je jouais avec le magicien en effet, je trouvais ça plus fun. Mais il faut dire aussi que je n’y ai pas rejoué depuis la publication de l’article…c’est mon gros problème ça : il y a tellement de jeux à essayer que je n’ai pas vraiment le temps de trop m’attarder à chaque fois malheureusement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *