Ambia

Ambia (Browser)
Ian Snyder

 

Il existe tellement de plateformers que dans le genre, il n’est pas toujours facile de se démarquer. Mais Ian Snyder, auteur notamment de Feign, a de la bouteille, et il sait qu’il ne suffit parfois que d’une ou deux bonnes idées pour se hisser vers le haut du panier.

 

Ambia n’a à première vue rien de très original. Un plateformer-Shooter constitué de plusieurs dizaines de niveaux qui consistent à détruire des tourelles ennemies et à collecter des powerups. Il a tout de même l’avantage d’être joli, avec une économies de couleurs (bleu, rose, orange) très appréciable, et de posséder également une très honorable bande son.

 

En l’observant de plus près, la première chose qui saute aux yeux est la régularité des tirs des tourelles. Le jeu ne cherche pas à vous avoir, le comportement des ennemis est connu, et c’est à vous de faire preuve d’un excellent timing. Ambia est réglé comme du papier à musique…et cette expression n’est pas choisie à la légère.

 

 

À chacun de vos tirs, chacune de vos explosions, chacun des ennemis détruit, chaque point d’expérience collecté correspond un son de guitare. Pincement, glissement de corde, note courte, note longue…L’idée de bruitages musicaux pourraient sembler déplacer dans un jeu de plateforme et pourtant ils accompagnent le jeu très harmonieusement. Néophyte découvrant le jeu, on a l’impression d’être lycéen s’initiant à la musique. Vos exploits sont récompensées par des notes justes, vos écarts par des couacs.

Ce n’est qu’arrivé au milieu du jeu qu’on finit par se demander : Qu’en est-il de la mélodie que je suis en train de jouer? Est-elle seulement agréable à l’oreille? On ne se rend pas compte, on est trop absorbé par le gameplay. C’est là que le génie de Ian Snyder entre en jeu : A la fin d’Ambia sera donné à écouter au joueur l’intégralité du morceau qu’il a joué. A priori une horrible pièce cacophonique, bruitiste et lo-fi, truffée de fausses notes. Un peu déçu, on aura alors envie de recommencer, et de faire mieux, juste pour savoir s’il y a une vraie mélodie là derrière.

 

Ça tombe bien, car on a une autre raison de recommencer : Je parlais de powerups à collecter. Ceux-ci sont en réalité une galerie d’armes variées : simple fusil, épée, fusil à balles rebondissantes, grenades, triple-fusil, laser. Chacune de ces armes a sa spécificité, et apportera au jeu autant de gameplays différents.

 

Le petit plus, c’est qu’en collectant les points d’expériences laissé par les tourelles détruites, on peut faire augmenter le niveau de ces armes et les rendre plus efficaces et plus funs (les grenades qui explosent, l’épée qui permet de traverser l’écran ninja-style…). Mais chaque fois que vous mourrez, ou que vous choisissez un autre powerup, votre précédente arme sera abandonnée, et vous repartirez du niveau 1. En clair, il semble presque impossible de tester toutes les armes à leur niveau 3 en une seule partie. Profitez donc de cette deuxième pour tout connaître d’Ambia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *