Help the Hero

Help the Hero (Browser)
Antony Lavelle – Super Flash Bros

 

Il n’y a pas de héros pour son valet de chambre.

Dans le royaume, il est adulé par tous, les hommes l’admirent, les femmes le désirent, les monstres le craignent, le roi est bien content de l’avoir, et sa fille espère secrètement qu’il finisse par les marier. C’est le héros. Il est grand, beau, fort, mais derrière son apparente perfection se cache une part d’ombre : il ne sait pas gérer son inventaire et s’équiper convenablement. A vrai dire, il s’en fiche même, il se contente de balancer ses butins derrière lui pendant que son écuyer, vous, les ramasse et s’occupe de tout organiser.

 

 

 

Chaque chose à sa place et une place pour chaque chose.

Les sacs malheureusement sont souvent trop petits pour contenir tous les trésors amassés. L’écuyer se doit donc de bien imbriquer les objets pour leur faire prendre le moins de place possible. Concrètement, cela se présente comme une grille, semblable au cube Horadrim de Diablo dans laquelle il faut bien optimiser l’espace. L’écuyer devra y faire rentrer des armes de corps à corps, des armes de jet et leurs munitions, des armures, des fioles magiques et de l’or. Comme on peut s’en douter, plus ces objets sont gros et encombrants, plus ils s’avèrent efficaces. Mais on ne peut pas tout emporter, et il faudra donc laisser sur le chemin ceux qui seront jugés les moins utiles.

 

Les bons outils font les bons ouvriers.

La deuxième étape de chaque niveau est l’équipement du héros. Il s’agit de le préparer au mieux pour le combat qui va suivre. Combat? Défense? Attaque à distance? Magie? C’est en choisissant les objets à emporter que l’on détermine une stratégie, chaque monstre ayant ses forces et ses faiblesses. Sa victoire, le héros ne la devra qu’à son équipement, et il en va de même de sa défaite. Les objets non utilisés pourront être vendus pour agrandir l’espace de stockage, ou le nombre d’objet que le héros peut emporter au combat.

 

Le plus grand commencement de la victoire, c’est de pourvoir à n’être pas vaincu.

La dernière étape de chaque niveau est le combat. Présenté comme une petite saynète de théâtre, sa violence est cachée derrière un rideau de pudeur. Les 4 caractéristiques du monstre et du héros sont confrontées (Combat/Défense/Distance/Magie), et le meilleur dans chaque catégorie emportera un point. Celui qui aura obtenu le plus de point gagne le combat. Dans le cas d’une égalité, la roue de la chance en décidera. La meilleure stratégie consiste donc à se concentrer sur trois caractéristiques seulement, et à laisser de côté la quatrième, de préférence le point fort de l’opposant.

 

Mieux vaut être beau, riche et intelligent que moche, pauvre et stupide.

On reconnait dans Help the Hero les graphismes des Super Flash Bros, ces découpages cartoonesques qui avaient valu part du succès de From Beyond. On y reconnait aussi l’intelligence de son auteur, qui invente ici un nouveau gameplay en compilant d’autres existants, comme il l’avait fait pour Upgrade Complete. La richesse n’est peut être pas le point le plus fort de Help the Hero, mais le jeu est assez complet pour faire s’envoler une petite demi-heure sans lasser. En clair, une nouvelle réussite de chez Armor Games.

 

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire.

Le seul reproche que l’on pourra véritablement faire à ce jeu, c’est d’être un petit peu trop facile, une fois la bonne technique acquise, les victoires s’enchaînent alégrement. On aurait voulu plus de challenge et le mode High Score débloqué à la fin ne suffira pas à nous combler.

Un commentaire sur “Help the Hero

  1. Pnume dit :

    Excellent, le mix entre la scène de théâtre et les conneries du chevalier rend le tout hilarant 😀 en cette période de passage d’examen c’est plus que bienvenu…

    Dommage qu’il soit si facile à réussir une fois que tu as tous les « spots » pour ranger ton équipement. L’argent devrait être plus difficile à obtenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *